Cet article date de plus de six ans.

Un soldat français tué lors de combats au Mali

Il s'agit du dixième soldat français tombé au Mali depuis le début de l'intervention française, début 2013.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un soldat français dans la région de Gao (Mali), le 26 juillet 2014. (SIA KAMBOU / AFP)

Un soldat français a été tué lors d'une opération menée dans le nord du Mali contre un groupe terroriste armé, a annoncé le président de la République, François Hollande, mercredi 29 octobre.

Membre du commando parachutiste de l'air n°10, basé à Orléans, le sergent-chef Thomas Dupuy avait 32 ans. Il est le dixième soldat français tué au Mali depuis le début de l'intervention française, début 2013. Engagé dans les armées à l'âge de 23 ans, Thilas Dupuy avait notamment servi en Afghanistan en 2011, avant de rejoindre le Mali en août. "Il était un spécialiste reconnu dans les domaines de l'appui aérien, des transmissions opérationnelles et du saut à ouverture très grande hauteur", selon le ministère de la Défense.

Dans un communiqué, François Hollande a exprimé "son profond respect pour le sacrifice de ce sous-officier des forces spéciales dans le cadre d'une mission particulièrement périlleuse qui a atteint ses objectifs".

Un "violent accrochage" avec un groupe armé

Selon le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, un autre soldat français a également été blessé, lors de "combats particulièrement violents" ayant opposé, dans la nuit de mardi à mercredi, les forces françaises à un "important groupe armé terroriste de type Aqmi" dans le massif de Tigharghar, dans le nord du Mali.

Trois mois après sa mise en place, l'opération Barkhane menée par la France au Mali se concentre sur deux fronts face aux jihadistes du Sahel, afin d'enrayer leur résurgence au Mali et de les couper de leurs bases arrières libyennes. La France, qui a réduit à 1 400 hommes ses effectifs au Mali, renforce depuis quelques jours son dispositif dans le nord du pays, notamment à Tessalit, dans l'Adrar des Ifoghas, après une série d'attaques meurtrières contre la mission de maintien de la paix de l'ONU.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.