L'opération Barkhane s'européanise trop lentement

La France est en pointe au sein de l'UE au Mali et la France se sent seule au sein de l'Otan. Pourtant, ce n'est pas faute de lancer des appels à ses partenaires européens pour venir l'aider dans ses opérations à l'étranger contre les jihadistes.

FRANCEINFO

Au Sahel, la France n'agit pas seule, affirme pourtant l'état-major des armées, qui rend hommage à ses alliés européens. Il fait remarquer que depuis le début de l'année, 50% des du transport de troupes et de fret sont acheminées notamment grâce à des hélicoptères lourds britanniques ou des C-130 espagnols basés au Sénégal.

L'UE un peu plus solidaire

L'opération Barkhane, c'est d'abord une opération française dont Paris veut conserver le leadership. Mais, principe de réalité oblige, le dispositif s'européanise. La prise de conscience du danger jihadiste est désormais partagée par les 28 États membres. L'Estonie fournit une cinquantaine de soldats qui sécurisent la base militaire de Gao (Mali). En contrepartie, dans le cadre de l'Otan, la France a déployé il y a un an des troupes en Estonie sur sa frontière avec la Russie. Les Européens sont un peu plus solidaires, mais ils ne se bousculent pas pour autant pour renforcer l'opération Barkhane.

Le JT
Les autres sujets du JT
Faute d\'hélicoptères lourds, la force arkhane compte sur les Chinook de l\'Armée britannique. 
Faute d'hélicoptères lourds, la force arkhane compte sur les Chinook de l'Armée britannique.  (DAPHNE BENOIT / AFP)