Une présidentielle sous-tension au Mali

Jour de vote ce dimanche au Mali. C'est la présidentielle dans ce pays toujours menacé par la menace jihadiste. Un scrutin sous haute tension avec de nombreux incidents signalés.

France 3

Dans les rues de Gao ce matin, des gendarmes et des Casques bleus de l'ONU. Ils sont déployés pour sécuriser les bureaux de vote. Les électeurs sont venus malgré la menace terroriste. À Gao, tout s'est déroulé dans le calme, mais plusieurs attaques ont eu lieu dans le nord et dans le centre du pays. La sécurité c'est le principal enjeu de cette élection. Le président sortant, Ibrahim Boubacar Keïta n'a jamais réussi à imposer l'autorité de l'État sur le nord en proie au groupe jihadiste et au trafic en tout genre.

24 candidats déclarés

Avec une gendarmerie et une armée défaillante, le dispositif sécuritaire repose désormais sur les Casques bleus de la Minusma et les militaires français de l'opération Berkhane. Une situation qui inquiète toute la région. Malgré son bilan, Ibrahim Boubacar Keïta garde toutes ses chances. Il peut compter sur l'éparpillement des voix entre les 24 candidats. Les résultats du premier tour sont attendus d'ici 48 heures.

Ibrahim Boubacar Keïta a voté pour l\'élection présidentielle au Mali, dimanche 29 juillet 2018.
Ibrahim Boubacar Keïta a voté pour l'élection présidentielle au Mali, dimanche 29 juillet 2018. (NATHANAËL CHARBONNIER / FRANCE-INFO)