Mali : un chef jihadiste, dont la mort était considérée "probable" par la ministre française des Armées, réapparaît dans une vidéo

Les autorités française et malienne avaient confirmé la mort d'Amadou Koufa dans un raid de la force Barkhane, en novembre.

Le chef jihadiste Amadou Koufa apparaît dans une vidéo que s\'est procurée France 24.
Le chef jihadiste Amadou Koufa apparaît dans une vidéo que s'est procurée France 24. (FRANCE 24)

Sa mort avait été annoncée fin novembre, après un raid de la force Barkhane au Mali. Le jihadiste Amadou Koufa, membre d'un groupe affilié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), réapparaît, jeudi 28 février, dans une vidéo que s'est procurée France 24. Dans cette séquence, Amadou Koufa, interviewé par deux personnes en arabe et en anglais, dément sa propre mort. Selon le journaliste de France 24 Wassim Nasr, le jihadiste fait référence dans ce document vidéo à l'annonce des autorités françaises et aux médias qui avaient repris cette information.

En novembre, après l'opération militaire, la ministre des Armées, Florence Parly, avait salué "une action d'ampleur, complexe et audacieuse qui a permis de neutraliser un important détachement terroriste au sein duquel se trouvait probablement l'un des principaux adjoints de Iyad ag Ghali, Amadou Koufa, chef de la katiba Massina". L'armée malienne avait confirmé sa mort le lendemain.

Apparu il y a trois ans à la tête d'un groupe jihadiste dans le centre du Mali, Amadou Koufa est le relais du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), la principale alliance jihadiste du Sahel dans le centre du Mali, d'où il avait récemment appelé tous les Peuls d'Afrique de l'Ouest au jihad. Le 22 février, après la mort d'un autre chef lors d'un nouveau raid de l'armée française, la ministre des Armées s'était félicitée d'"un coup très dur pour les groupes terroristes agissant au Sahel", affirmant que cette alliance "aura perdu trois de ses principaux chefs en l'espace d'une année".