Lutte contre le terrorisme : les pays du Sahel s'impliquent de plus en plus

Les pays africains engagés dans la guerre contre les groupes jihadistes en Afrique reçoivent des Occidentaux des aides financières afin, qu'à terme, la France puisse retirer ses troupes.

France 3

Au petit matin, les soldats de la force G5 Sahel se déploient dans la zone des trois frontières entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso. C'est leur première opération d'envergure. Il s'agit de sécuriser cette partie du Sahel où des centaines de jihadistes continuent de mener des attaques-surprises puis de s'évanouir dans le désert.

218 millions d'euros promis

Ces soldats viennent de cinq pays : Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad. C'est pour un appui financier qu'Emmanuel Macron a réuni ce mercredi 13 décembre les présidents de ces cinq pays africains. Autour de la table, il y avait également des contributeurs financiers. La France a promis 8 millions d'euros, l'UE et les États-Unis 50 chacun et l'Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis 110 millions. À terme, la force G5 Sahel prendra le relais des militaires français. Depuis 2013, la France maintient 4 000 hommes sur place qui luttent au quotidien contre un ennemi capable de se fondre dans la population.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron et le président malien, Ibrahim Boubacar Keita, le 2 juillet 2017 à Bamako (Mali).
Emmanuel Macron et le président malien, Ibrahim Boubacar Keita, le 2 juillet 2017 à Bamako (Mali). (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)