Aqmi appelle à frapper les intérêts français "partout dans le monde"

Un message vidéo, publié mardi sur internet, incite les musulmans au "jihad" contre la France. Une menace "à prendre au sérieux", selon François Hollande.

Capture d\'écran d\'une vidéo datée du 25 avril 2013 où un chef d\'Al-Qaïda au Maghreb islamique appelle \"les musulmans dans le monde entier\" à \"attaquer les intérêts français partout\".
Capture d'écran d'une vidéo datée du 25 avril 2013 où un chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique appelle "les musulmans dans le monde entier" à "attaquer les intérêts français partout". (YOUTUBE)

Un chef d'Al-Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi) a appelé à attaquer les intérêts français "partout dans le monde", dans une vidéo mise en ligne mardi 7 mai. Abou Obeida Youssef Al-Annabi y appelle les musulmans à "la mobilisation" et au "jihad". Le chef du Conseil des notables d'Aqmi dénonce "la croisade menée par la France contre les musulmans" et "l'occupation par la France d'une terre de l'islam", en référence à l'opération française au Mali. Dans ce message daté du 25 avril, il exhorte "les musulmans dans le monde entier" à "attaquer les intérêts français partout, car depuis le premier jour de l'agression, ils sont devenus des cibles légitimes".

François Hollande a réagi dans la foulée de la publication de cette vidéo. "La menace que représente Aqmi, nous la prenons au sérieux" a déclaré le chef de l'Etat, lors d'un point presse suivant une rencontre avec le président polonais, Bronislaw Komorowski.

FRANCE 2

Engagée dans une intervention militaire lancée au Mali en janvier dernier, la France a commencé le retrait de ses 4 500 soldats engagés sur place, et le passage de relais aux contingents de la Misma (Mission internationale de soutien au Mali). Elle a toutefois annoncé qu'un millier de ses soldats resteraient au-delà de 2013, pour soutenir en cas de besoin les forces de l'ONU appelées à remplacer la Misma. L'opération lancée par la France a permis la reprise des principales villes du nord du Mali, occupées depuis l'an dernier par des groupes islamistes liés à Al-Qaïda.