Cet article date de plus de sept ans.

Le World Press attribué à une photo de migrants africains au clair de lune

L'Américain John Stanmeyer remporte le prestigieux prix de photojournalisme avec ce cliché pris sur une plage de Djibouti.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des migrants africains brandissent leurs téléphones sur une plage de Djibouti, février 2013. (JOHN STANMEYER / VII FOR NATIONAL GEOGRAPHIC)

Pour sa 57e édition, le jury du World Press Photo, le plus prestigieux concours de photojournalisme, a récompensé, vendredi 14 février à Amsterdam (Pays-Bas), l'Américain John Stanmeyer pour un cliché réalisé pour la revue National Geographic.

Réalisée en février 2013 sur une plage de Djibouti, la photo montre un groupe de migrants africains brandissant leurs téléphones vers le ciel dans l'espoir de capter une dernière fois du réseau en provenance de la Somalie voisine. La silhouette de ces hommes est éclairée uniquement par la lune et les écrans allumés des téléphones portables. 

Des migrants africains brandissent leurs téléphones sur une plage de Djibouti, février 2013. (JOHN STANMEYER / VII FOR NATIONAL GEOGRAPHIC)

La photo de John Stanmeyer "est connectée à tant d'autres sujets : elle ouvre la discussion au sujet des technologies, de la mondialisation, des migrations, de la pauvreté, de l'aliénation, d'humanité", a déclaré un membre du jury, Jillian Edelstein.

"Tellement de photos des migrants les montrent débraillés et pathétiques, mais cette photo n'est pas tant romantique qu'elle est digne", a commenté Susan Linfield, un autre membre du jury, présidé par Gary Knight, de l'agence photo VII (l'agence pour laquelle travaille John Stanmeyer).

Près de 100 000 images ont été soumises au jury par 5 754 photographes de 132 pays. Le jury a choisi de récompenser 53 photographes de 25 nationalités dans neuf catégories.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.