L'ancien opposant Moncef Marzouki élu président de la République tunisienne

Le défenseur des droits de l'homme et opposant historique de Ben Ali a été désigné président de la République par l'Assemblée constituante tunisienne.

Moncef Marzouki, le nouveau président de la République tunisienne, le 12 décembre 2011, à Tunis (Tunisie).
Moncef Marzouki, le nouveau président de la République tunisienne, le 12 décembre 2011, à Tunis (Tunisie). (FETHI BELAID / AFP)

"J'ai le formidable honneur de devenir le premier président de la première République libre du monde arabe." Onze mois après s'être déclaré candidat à mener la destinée de son pays, Moncef Marzouki accède à la tête du jeune Etat tunisien.

A 66  ans, le DMarzouki, diplômé en médecine de l'université de Strasbourg, a été élu président de la République par l'Assemblée constituante lundi 12 décembre, à Tunis. Le dirigeant du Congrès pour la République, arrivé deuxième aux élections du 23 octobre, a été élu par 153 voix pour, 3 contre, 2 abstentions et 44 votes blancs sur un total de 202 votants sur les 217 membres de l'Assemblée.

FTVi

Critiqué pour son alliance avec les islamistes

Opposant historique au régime de Ben Ali, il est salué par les uns comme "une personnalité intègre" et critiqué par d'autres, qui lui reprochent d'être "le pion d'Ennahda", le parti islamiste modéré vainqueur des élections. Certains lui reprochent également de s'être déclaré candidat trois jours seulement après la fuite de Ben Ali.

"Ennahda n'est pas le diable (...), il ne faut pas les prendre pour les talibans de la Tunisie, c'est quand même une fraction modérée de l'islamisme", avait-il déclaré quelques mois avant le scrutin. En tant que président, sa première mission sera de désigner le chef du gouvernement, qui devrait être le dirigeant d'Ennahda, Hamadi Jebali.

Son élection a été saluée dans la foulée par la diplomatie américaine y voyant "un nouveau pas positif dans la transition démocratique de la Tunisie".