Guinée : les putschistes affirment avoir capturé le président Alpha Condé

La déclaration des putschistes a circulé sur les réseaux sociaux mais n'a pas été diffusée à la télévision nationale. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président guinéen Alpha Condé, lors d'un meeting de campagne en octobre 2020. (CAROL VALADE / AFP)

La situation est confuse. Des officiers des forces spéciales guinéennes ont affirmé dimanche 5 septembre avoir capturé le président Alpha Condé et "dissoudre" les institutions. Le ministère de la Défense a, de son côté, assuré avoir repoussé l'attaque des forces spéciales contre la présidence, malgré la diffusion d'une vidéo montrant le président Condé entre les mains des putschistes.

"Nous avons décidé, après avoir pris le président, qui est actuellement avec nous (...) de dissoudre la Constitution en vigueur, de dissoudre les institutions ; nous avons décidé aussi de dissoudre le gouvernement et la fermeture des frontières terrestres et aériennes", a dit un des putschistes en uniforme et en armes dans cette déclaration qui a aussi abondamment circulé sur les réseaux sociaux, mais qui n'a pas été diffusée à la télévision nationale.

Le correspondant de l'AFP confirme la provenance de ces images

Les putschistes, auprès desquels le correspondant de l'AFP a confirmé la provenance de ces images, ont diffusé une vidéo du président Condé entre leurs mains. Ils lui demandent s'il a été maltraité, et Alpha Condé, assis en jean et chemise dans un canapé, refuse de leur répondre.

De son côté, le ministère de la Défense a affirmé dans un communiqué que "les insurgés [avaient] semé la peur" à Conakry avant de prendre la direction du palais présidentiel, mais que "la garde présidentielle, appuyée par les forces de défense et de sécurité, loyalistes et républicaines, ont contenu la menace et repoussé le groupe d'assaillants".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guinée

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.