George Weah élu président du Liberia : "C'est quelqu'un qui s'est fait absolument tout seul grâce à son talent"

Antoine Grognet, le biographe de George Weah, ex-footballeur, devenu sénateur, a expliqué sur franceinfo jeudi, le parcours atypique du nouveau président du Liberia, issu d'un quartier pauvre de Monrovia.  

La légende africaine du football, le sénateur George Weah, ici en campagne en avril 2017, a remporté le second tour de la présidentielle au Liberia.
La légende africaine du football, le sénateur George Weah, ici en campagne en avril 2017, a remporté le second tour de la présidentielle au Liberia. (ZOOM DOSSO / AFP)

Le sénateur George Weah a été élu jeudi 28 décembre président du Liberia en réunissant 61,5% des voix selon les résultats officiels portant sur 98% des suffrages. L'ancien footballeur du Paris Saint-Germain et vainqueur du Ballon d'Or en 1995 doit prêter serment le 22 janvier prochain et succéder à Ellen Johnson Sirleaf. "C'est quelqu'un qui s'est fait absolument tout seul grâce à son talent", a expliqué sur franceinfo Antoine Grognet, auteur d'une biographie romancée sur George Weah, Mister George, aux éditions Salto.

franceinfo : George Weah ne vient pas de l'élite, il vient d'une famille pauvre ?

Antoine Grognet : Il vient même d'un quartier particulièrement pauvre. C'est quelqu'un qui s'est fait absolument tout seul grâce à son talent. Il est devenu un footballeur internationalement reconnu et ça l'a certainement aidé dans sa carrière politique parce que même dans les campagnes, au fin fond du Liberia, on connaît George Weah. Ça l'a forcément aidé lorsqu'il a décidé de mettre en place son parcours politique axé sur l'éducation et le refus de la misère qu'il a connue quand il était jeune.

À partir de quel moment a-t-on pu pressentir son intérêt pour une carrière politique ? 

Au moment de son engagement lors de la deuxième guerre civile entre 1999 et 2003, lorsqu'il s'est fait le messager de la paix et qu'il a appelé l'ONU à intervenir. Ça lui a coûté sa maison, ça lui a coûté très cher. Mais c'est certainement à ce moment qu'il y a eu une bascule, qu'il a considéré qu'il pouvait être utile à son pays. Il a toujours cherché à l'être par différents moyens : l'humanitaire et maintenant la politique. À la fin de sa carrière de footballeur en 2003, quand il est revenu au Liberia, on a commencé à sentir qu'il pouvait vraiment mener une carrière politique. D'ailleurs il se présente à la présidentielle en 2005, il a voulu aller un petit peu vite. Il a perdu ainsi qu'en 2011. Après, il a construit un parcours plus classique en se faisant élire sénateur en 2014 et donc trois ans plus tard président du Liberia. Il a compris qu'il y avait une nécessité à construire une base électorale et il est devenu un politicien vraiment expérimenté.

Sait-on ce qu'il va faire une fois au pouvoir ?

Son engagement est particulièrement sincère notamment auprès des pauvres. Il a axé sa campagne sur le développement des terres agricoles pauvres, des ressources minières. On ne sait pas trop encore comment il veut financer ce programme, donc on ne sait pas ce qu'il va faire au pouvoir. Il veut rassembler le plus largement possible. Il a le soutien d'une grande majorité des Libériens et ça lui donne forcément une assise très intéressante pour la suite.