VIDEO. Egypte, le jour d'après

La journée de jeudi s'est déroulée dans un calme relatif, au lendemain d'affrontements sanglants. Récit de France 2.

Loubna Anaki - France 2

Le Caire s'est réveillé dans la douleur, jeudi 15 août, après une nuit de couvre-feu et au lendemain de l'intervention sanglante des forces de l'ordre contre les partisans de l'ancien président Mohamed Morsi. Au moins 578 personnes sont mortes dans les violences, mercredi, selon le ministère de la Santé égyptien.

Détaillant ce bilan, le ministère a précisé que 228 personnes avaient péri sur la seule place Rabaa al-Adawiya, principal point de rassemblement occupé depuis près d'un mois et demi par les partisans du président islamiste Mohamed Morsi, destitué et arrêté par l'armée le 3 juillet. Les Frères musulmans ont évoqué, eux, 2 200 morts et plus de 10 000 blessés.

La police autorisée à tirer

Au Caire, jeudi matin, l'armée a repris le contrôle. Dans les rues du centre ville, les barages sont partout. Les bulldozers continuent de déblayer et les traces des affrontements disparaissent, peu à peu.

De nouvelles attaques ont tout de même visé les forces de sécurité. Loin de chercher l'apaisement, le pouvoir égyptien a autorisé la police à tirer à balles réelles sur quiconque s'en prendrait à des bâtiments officiels ou aux forces de l'ordre. Cette annonce a été faite après une attaque contre le siège de la province de Guizeh dans la banlieue du Caire et la mort de neuf policiers et militaires, attribuées à des "islamistes" notamment dans la péninsule instable du Sinaï.

Le cercueil d\'un homme est transporté au milieu de la foule au Caire (Egypte), le 15 août 2013.
Le cercueil d'un homme est transporté au milieu de la foule au Caire (Egypte), le 15 août 2013. (AHMED ISMAIL / ANADOLU AGENCY / AFP)