Cet article date de plus de six ans.

Egypte : le général Al-Sissi prend du galon et se rapproche de la présidence

Le commandement militaire égyptien a donné le feu vert à son chef pour se présenter à la prochaine élection présidentielle, après l'avoir élevé au grade de maréchal.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le maréchal Abdel Fattah Al-Sissi, chef de l'armée égyptienne, le 24 avril 2013, au Caire (Egypte). (JIM WATSON / AP / SIPA)

L'armée veut le voir prendre les rênes de l'Egypte. Jusqu'ici général, Abdel Fattah Al-Sissi a été promu maréchal, lundi 27 janvier, lors d'une réunion du commandement militaire égyptien. Le Conseil suprême des forces armées lui a ensuite donné mandat pour se présenter à l'élection présidentielle en Egypte. Il souligné dans un communiqué lu à la télévision que "la confiance populaire donnée au maréchal Sissi est un appel auquel il faut répondre".

La veille, le chef d'Etat par intérim, Adly Mansour, avait annoncé que la présidentielle se tiendrait avant les législatives, un calendrier taillé sur mesure pour le maréchal Al-Sissi, âgé de 59 ans. Si ce dernier a distillé depuis plusieurs mois de rares déclarations sibyllines, son entourage ne cache plus son intention de se présenter. Mais la Constitution adoptée mi-janvier stipule que le président doit obligatoirement être un civil. Si le maréchal Al-Sissi veut se présenter, il devra donc au préalable prendre sa retraite de militaire ou démissionner de l'armée.

Al-Sissi, chef de l'armée, ministre de la Défense et vice-Premier ministre, est depuis sept mois l'homme fort de l'Egypte. C'est lui qui avait annoncé en personne la destitution, début juillet, de l'islamiste Mohamed Morsi. Depuis l'éviction du seul président jamais élu démocratiquement dans le pays, les autorités dirigées de facto par l'armée répriment violemment toute manifestation de l'opposition.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.