Cet article date de plus de huit ans.

Egypte : trois morts et 265 arrestations après une manifestation pro-Morsi

Les violences s'aggravent dans le pays depuis que les Frères musulmans ont été déclarés "groupe terroriste" par les autorités.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des affrontements entre manifestants pro-Morsi et forces de l'ordre au Caire, en Egypte, le 27 décembre 2013. (AHMED ABD EL LATIF / AP / SIPA )

Nouvelle journée de violences en Egypte. Des heurts entre police et islamistes ont fait trois morts, vendredi 27 décembre. Quelque 265 membres des Frères musulmans, considérés désormais par les autorités comme un "groupe terroriste", ont par ailleurs été arrêtés lors de rassemblements dans le pays, bravant une interdiction de manifester.

L'Egypte a été secouée cette semaine par de nouveaux attentats, dont un perpétré jeudi matin dans un bus dans le quartier de Nasr City (au nord du Caire), faisant cinq blessés. Un porte-parole du ministère de l'Intérieur a vu dans cette attaque un acte visant "à terroriser" les gens avant le référendum constitutionnel prévu les 14 et 15 janvier.

Engrenage de violences

Les dirigeants des Frères musulmans risquent désormais jusqu'à la peine capitale pour "terrorisme". Quant à ses membres, ils sont interdits de manifestation, et le journal du mouvement, Liberté et Justice, a été définitivement interdit, de même que le parti du même nom, qui avait remporté toutes les élections organisées depuis la révolte de 2011.

Depuis la destitution de Mohamed Morsi, l'Egypte est entrée dans un engrenage de violences. Les autorités répriment dans le sang les islamistes, et les plus radicaux d'entre eux mènent des attaques qui ont tué plus d'une centaine de policiers et de soldats.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Egypte

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.