Egypte: 700 condamnés à mort de plus chez les Frères musulmans

Le tribunal de Minya a de nouveau prononcé des condamnations à mort en masse dans le procès des Frères musulmans. Le 28 avril, 700 partisans du président destitué Mohamed Morsi ont été condamnés à la peine capitale. Le mois dernier, 500 «frères» ont déjà subi la même condamnation.

Les prévenus en cage au procès des membres des Frères musulmans.
Les prévenus en cage au procès des membres des Frères musulmans.
Ces condamnations spectaculaires marquent les esprits. Pourtant, selon les spécialistes interrogées par l'AFP, il y a peu de chance qu'elles soient confirmées en appel. Du reste, 492 des condamnés du 24 mars ont vu leur peine capitale commuée en prison à vie.

En fait, les procédures d'appel sont suffisamment nombreuses pour que les condamnés échappent à la peine capitale. Sur les 1200 condamnés des deux procès, seuls 200 sont emprisonnés. Les autres sont en fuite ou libérés sous caution. 

Il n'en reste pas moins que ce procès géant marque un sommet dans l'arbitraire qui règne en Egypte. Les militaires ont décidé coûte que coûte de se débarrasser des Frères musulmans et ils atteignent leur but. Depuis le 3 juillet 2013, date de la destitution du président Morsi, la quasi-totalité des leaders de la confrérie ont été arrêtés. L'organisation qualifiée de terroriste est poursuivie sans relâche.

A Minya, on juge des participants à une manifestation qui a mal tourné. Un policier au moins a été tué. Mais selon un des avocats de la défense, Khaled Elkomy, 60% des condamnés du mois de mars ont des preuves de leur absence à la manif.

L'énoncé du verdict le 28 avril s'est déroulé dans un climat de tension extrême. Le quartier du tribunal était bouclé par l'armée qui surveillait de près les membres des familles des accusés.