Les envois de fonds des migrants dopent les économies africaines

L'argent envoyé par les migrants à leur famille restée au pays a atteint près de 400 milliards d'euros dans le monde en 2016. Selon un rapport du Fida publié le 14 mai 2017, les envois de fonds vers l'Afrique subsaharienne, de l'ordre de 33 milliards de dollars, ont fléchi ces deux dernières années sous l'effet du ralentissement de la croissance en Europe et dans les pays du Golfe.

Transfert d\'argent en Shilling à Nairobi. Le Kenya a reçu 1,7 milliard de dollars de sa disaspora en 2016.
Transfert d'argent en Shilling à Nairobi. Le Kenya a reçu 1,7 milliard de dollars de sa disaspora en 2016. (REUTERS/Thomas Mukoya )

Les migrants transfèrent en moyenne 15% de leurs revenus dans leurs pays d'origine, soit 400 milliards de dollars par an, affirme un rapport du Fonds international de développement agricole (Fida), institution spécialisée des Nations Unies.

200 millions de travailleurs migrants dans le monde (dont 45 millions d'Africains) subviennent aux besoins de près de 800 millions de membres de leurs familles.

L'argent provient en priorité des Etats-Unis (117 milliards de dollars), puis d'Europe (115 milliards) et des pays du Golfe (100 milliards).

Ces transferts d'argent ont augmenté de 51% au cours de la dernière décennie. Ils représentent toutefois plus du triple de l'aide publique au développement et dépassent le montant total des investissements directs étrangers réalisés dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire.


Le Nigeria champion des transferts
En 2016, le continent africain a été destinataire de 33 milliards de dollars de transfert d’argent. Un chiffre en baisse de 6%, lié au ralentissement de la croissance en Europe et dans les pays du Golfe, mais aussi à la mise en place d'un contrôle des changes dans plusieurs pays comme le Nigeria.

Le Nigeria bat pourtant le record en matière de transferts de fonds en provenance de la diaspora, avec 19 milliards de dollars en 2016, en baisse de 10% par rapport à 2015. Le Ghana et le Sénégal arrivent en deuxième position, avec deux milliards de dollars, puis viennent le Kenya (1,7 Md de dollars), l'Ouganda (1,1 Md USD) le Mali (0,8 Md USD), l'Ethiopie (0,6 Md USD) et Madagascar (0,4 Md USD).

«Près de 40% des transferts d'argent sont envoyés vers les zones rurales, dans lesquelles vit la majeure partie des populations pauvres», indique Pedro de Vasconcelos, auteur principal du rapport. «Cet argent est consacré aux dépenses alimentaires, aux soins de santé, à de meilleures possibilités d'éducation et à l'amélioration du logement et des conditions sanitaires. Les transferts d'argent jouent donc un rôle décisif en aidant les pays en développement à réaliser les objectifs de développement durable.»

Faire vivre sa famille
Selon Gilbert F.Houngbo, président du Fida, «ce qui compte, ce n'est pas tant l'argent qui est envoyé vers les pays d'origine, c'est l'impact qu'il peut avoir sur la vie des gens». 

«Les petites sommes de 200 dollars ou 300 dollars que chaque migrant envoie chez lui représentent 60% du revenu du ménage, et cet argent fait une différence énorme dans la vie des familles et dans les communautés dans lesquelles elles vivent.»

«Les flux migratoires et les transferts d'argent des migrants chez eux ont un impact à grande échelle sur l'économie de ces pays», conclut le rapport.