Cet article date de plus de dix ans.

Dans les rues de Tunis, la population s'organise face aux pilleurs

Dans Tunis et sa banlieue, plusieurs quartiers sont toujours sous la menace des pilleurs. Avec le soutien de l'armée, des habitants ont commencé à s'organiser en comités de défense. Des fusillades ont été entendues cette nuit. Des pilleurs auraient été tués. Selon l'agence officiel Tap, le couvre-feu feu a été allégé d'une heure à partir de ce soir dans l'ensemble de la Tunisie "en raison d'une amélioration de la sécurité".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Radio France ©Reuters/ Zohra Bensemra)

Mais les autres mesures de l'état d'urgence sont maintenues. Il s'agit de l'interdiction de rassemblement sur la voie publique de plus de trois personnes et de l'autorisation donnée aux forces de l'ordre de tirer sur les personnes prenant la fuite aux contrôles.

A la télévision nationale, le principal syndicat du pays, l'Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT) a appelé à la formation de
comités de vigiles “pour que les gens puissent se défendre eux-mêmes.”

Un manque de vivres commence à se faire sentir à Tunis. Là encore, c'est à l'armée que la population a fait appel. Elle lui demande d'organiser la réouverture de boulangeries et épiceries. Les restrictions à la circulation et le pillage de nombreux dépôts ont en effet désorganisé les circuits de distribution des denrées de première
nécessité.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.