Sénégal : l'île du Diable recèle bien des mystères

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min.
Sénégal : l'île du diable recèle bien des mystères
France 2
Article rédigé par
F. Fougère, N. Bertrand, P. Seck, A. Thibault - France 2
France Télévisions

À ce jour, aucun habitant ne s'est installé sur l'île du Diable, au Sénégal. Entre mythes, croyances et phénomènes étranges, personne n'ose s'y aventurer.

C'est une petite île sauvage, perdue dans les méandres du fleuve Casamance, au sud du Sénégal. A priori, seuls quelques pélicans semblent occuper les lieux. Pourtant, les populations locales ont baptisé l'endroit "l'île du Diable". Elle serait en effet hantée par des esprits maléfiques. Pour en savoir plus, il faut embarquer avec Ibrahima Diakhaté, un romancier qui connaît toute l'histoire de l'île. Cette histoire remonte à la création de la ville voisine de Sédhiou, il y a plusieurs siècles. 

Des morts étranges 

La légende raconte que le fondateur de la cité aurait chassé le diable, et qu'au terme d'un âpre combat, ils auraient conclu un pacte. "Le diable a accepté de laisser la ville aux humains, pour venir s'établir dans cette île, à une condition : qu'on le laisse tranquille", narre Ibrahima Diakhaté. Mais en 1936, les colons français décident de construire une prison sur l'île. Selon des témoignages de l'époque, les 27 ouvriers chargés de défricher meurent les uns après les autres, à cause de maladies ou dans d'étranges naufrages. "Quand les ouvriers venaient déblayer, ils coupaient les arbres. Ils rentraient, et le lendemain, ils trouvaient les arbres à leur place initiale, comme si le diable était repassé pour replanter", explique Ibrahima Diakhaté. Les Français ont finalement abandonné ce projet. En Casamance, les croyances mystiques sont largement répandues, et sur les rives du fleuve, les habitants sont nombreux à être persuadés que le diable habite bel et bien sur cette île. Une légende soigneusement entretenue par les anciens. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Culture africaine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.