Guy Tillim observe les effets de la décolonisation dans les grandes villes africaines

Pendant quatre années (2014-2017), le photographe a posé son objectif sur les trottoirs d'Afrique, interrogeant les paradoxes et les contradictions des années coloniales et postcoloniales. La série s'intitule "Museum of the Revolution", en référence au musée du même nom situé sur l’avenue du 24-Juillet à Maputo, capitale du Mozambique.

La Fondation Henri Cartier-Bresson à Paris présente cette exposition jusqu'au 2 juin 2019. Un ouvrage a été publié aux Editions Mack.

17
Guy Tillim est né en 1962 à Johannesburg en Afrique du Sud. Sa carrière débute en 1986 quand il rejoint Afrapix, un collectif de photographes indépendants, blancs et noirs, engagé politiquement et artistiquement pour l'abolition de l'apartheid. "Tous emportés par l’espoir un peu fou d'un monde meilleur (…) à portée de main, de caméra ou de fusil", précise Le Monde. Mais la fin de l’apartheid (1991) a laissé le photographe désarmé. Il déclare : "J’étais né dans un paysage qui me devenait de plus en plus difficile à comprendre à mesure que j’en poursuivais l’exploration."   GUY TILLIM, COURTESY OF STEVENSON, CAPE TOWN AND JOHANNESBURG
27
Guy Tillim, qui a déjà travaillé pour l'agence Reuters entre 1986 et 1988, réalise de nombreux séjours à l'étranger notamment lors de conflits : Angola, Ethiopie, Afghanistan, Sierra Leone, Rwanda… Il réalise aussi des missions pour l'Agence France Presse de 1993 à 1994. "Pendant de longues années, j'ai été photojournaliste et j'ai travaillé dans ces villes, où je photographiais des évènements politiques. A un certain moment, j'ai commencé à m'intéresser au paysage urbain lui-même et plus tant aux évènements. (…) J'ai commencé à déambuler dans les villes pour y trouver un lieu, une scène dans laquelle les gens entreraient", explique le photographe cité par Culture Box. GUY TILLIM, COURTESY OF STEVENSON, CAPE TOWN AND JOHANNESBURG
37
"De 2007 à 2008, Guy Tillim a parcouru tour à tour la République démocratique du Congo, le Mozambique, Madagascar, le Bénin, le Ghana, l'Angola, et a saisi dans chacun de ces pays le vide visuel laissé par des années de vacuum politique. (…) Il insiste sur le fait que ces images ne sont pas un témoignage sur l'effondrement des Etats africains postcoloniaux mais une errance photographique" au fil des avenues des rêves. (…) "La terre où je suis né m'est devenue étrangère à mesure que je la découvrais", déclarait-il lors de son exposition Jo'burg et Avenue Patrice Lumumba à la fondation Henri Cartier-Bresson en 2009.   GUY TILLIM
47
Tillim a été très marqué par le travail de David Goldblatt (1930-2018), figure clé de la scène photographique sud-africaine, artiste phare du documentaire engagé et fondateur en 1989 de la Market Photo Workshop, un lieu multiple qui a permis de former et de lancer nombre de photographes sud-africains sur la scène internationale. "A travers ses photographies, Goldblatt raconte l’histoire de son pays natal, sa géographie et ses habitants. L’artiste entretient dans son œuvre une tension singulière entre les sujets, le territoire, le politique et la représentation", expliquait Karolina Ziebinska-Lewandowska, la commissaire de la rétrospective de David Goldblatt au Centre Pompidou à Paris en 2018. COURTESY DAVID GOLDBLATT ET GOODMAN GALLERY JOHANNESBURG ET CAPE TOWN
57
"De longues déambulations ont conduit ces dernières années Guy Tillim à Johannesburg, Durban, Maputo, Beira, Harare, Nairobi, Kampala, Addis-Abeba, Luanda, Libreville, Accra, Abidjan, Dakar et Dar es Salaam… Les avenues, nommées et renommées, agissent en témoins silencieux des flux et reflux des changements politiques, économiques et sociaux. Elles sont devenues 'le musée' des deux révolutions majeures qui ont vu le jour dans ces pays lors des dernières décennies : des régimes coloniaux aux régimes postcoloniaux, avec des emprunts aux pratiques socialistes, puis du nationalisme africain aux Etats capitalistes", précise la Fondation HCB. GUY TILLIM, COURTESY OF STEVENSON, CAPE TOWN AND JOHANNESBURG
67
Lauréat du Prix HCB en 2017 avec Museum of the Revolution, Guy Tillim s’est attaché, avec cette série réalisée dans les rues de treize villes de onze pays africains, à observer les effets de la décolonisation. Il "s’intéresse ici à l’espace urbain comme à une zone d’inscription où transparaissent les traces du passé colonial et où s’affirment les nouvelles orientations politiques", ajoute Clément Chéroux, membre du jury du prix HCB. GUY TILLIM, COURTESY OF STEVENSON, CAPE TOWN AND JOHANNESBURG
77
Guy Tillim a reçu de très nombreuses récompenses. Il a été le lauréat des résidences photographiques du musée du quai Branly en 2015. Plusieurs expositions à travers le monde lui ont été consacrées, dont celle d'Africa Remix, une exposition internationale itinérante de 2004 à 2007. GUY TILLIM, COURTESY OF STEVENSON, CAPE TOWN AND JOHANNESBURG