Cet article date de plus de cinq ans.

Attentat en Côte d’Ivoire : la peur d’un impact durable sur le tourisme

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Attentat en Côte-d’Ivoire : la peur d’un impact durable sur le tourisme
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

Depuis l’attentat qui a fait 18 morts, dimanche 13 mars, sur la plage de Grand-Bassam en Côte d’Ivoire, les touristes ont déserté la zone. Les locaux craignent pour leur économie. 

Hormis des militaires ivoiriens, qui quadrillent la plage de Grand-Bassam, et des proches des 18 victimes venus exprimer leur douleur, depuis les attaques du dimanche 13 mars, la zone est déserte. Joël, propriétaire d’une paillote a vu les jihadistes passer devant son bar.

Des touristes européens parmi les victimes

Au micro de France 3, il se dit inquiet pour le tourisme en Côte d’Ivoire : "Ce coup des terroristes a porté un coup de choc à l’économie ici à Bassam, raconte l’homme. Avec le nombre d’Européens tués, nous sommes sûrs et certains que ça va avoir un impact sur le tourisme". Quatre Français ont notamment trouvé la mort dans ce pays qui se trouve depuis dimanche en état d’alerte maximum. C’est la première fois que AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique), commet un attentat en dehors de sa zone d’influence.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Attaque en Côte d'Ivoire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.