DIRECT. Al-Qaïda au Maghreb islamique revendique l'attaque en Côte d'Ivoire

La station balnéaire de Grand-Bassam, où s'est produite l'attaque, est très fréquentée par les Occidentaux et les jeunes Ivoiriens. 

Des forces spéciales ivoiriennes se dirigent vers le lieu de la fusillade à Grand-Bassam, près d\'Abidjan (Côte d\'Ivoire), le 13 mars 2016.
Des forces spéciales ivoiriennes se dirigent vers le lieu de la fusillade à Grand-Bassam, près d'Abidjan (Côte d'Ivoire), le 13 mars 2016. (JOE PENNEY / REUTERS)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Une fusillade a éclaté, dimanche 13 mars dans l'après-midi, dans trois hôtels de la station balnéaire ivoirienne de Grand-Bassam, à une quarantaine de kilomètres à l'est d'Abidjan (Côte d'Ivoire).  Un premier bilan de l'armée fait état d'au moins cinq morts, dont au moins un Français d'après François Hollande. Le chef de l'Etat dénonce "un lâche attentat". De son côté, le ministre de l'Intérieur ivoirien annonce que six assaillants ont été "neutralisés".

Voici l'essentiel de cette attaque : 

 Des assaillants lourdement armés. Des tireurs "puissamment armés et portant des cagoules ont tiré sur les occupants de L'Etoile du sud, un grand hôtel pris d'assaut par les expatriés en cette période de canicule", a expliqué un témoin joint par l'AFP. Selon le site de la radio RFI, un témoin évoque des armes de poing. Sur Twitter, la RTI (radio et télévision publique ivoirienne) indique qu'il pourrait s'agir d'une tentative de prise d'otage. 

Au moins cinq victimes. Un premier bilan de cette fusillade fait état d'au moins cinq morts, selon une sources militaire. Selon la RTI, des blessés ont aussi été signalés. Le média public précise aussi que les forces spéciales ont été déployées. L'identité des auteurs des coups de feu est encore inconnue.

Un secteur très touristique. Ville historique et ex-capitale de la Côte d'Ivoire, Grand-Bassam abrite plusieurs hôtels fréquentés par une clientèle d'expatriés. La station balnéaire est un site touristique important, assez fréquenté par les Occidentaux. Une vidéo, publiée sur Facebook, montre des personnes fuir les tirs dans ce qui semble être un des hôtels de Grand-Bassam.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #COTEDIVOIRE

23h02 : Bernard Cazeneuve et Jean-Marc Ayrault se rendront mardi à Abidjan, après l'attaque terroriste qui a fait 16 morts à Grand-Bassam, près de la capitale ivoirienne.

22h33 : Le prince Charles-Philippe d'Orléans était sur la plage de Grand-Bassam lors de l'attaque. Il raconte à Paris-Match : "Il y avait un monde fou sur cette plage à laquelle les Ivoiriens accèdent en payant. Tout le monde s'est figé un instant. Puis il y a eu un second coup de feu, du 9 mm sans doute, et là, tout le monde s'est mis à courir dans tous les sens."

"Je n'ai pas entendu quiconque crier ''Allah u Akbar', ni de rafales à répétition caractéristiques des armes automatiques. Je pense qu'ils avaient des armes de poing, type 9 mm ou Magnum. Ca tirait à droite, les terroristes remontaient par la plage, à pied, et aussi par la route, vers un hôtel plus important. On se sentait cernés."

21h42 : Deux numéros d'urgence ont été mis en place après l'attaque de Grand-Bassam, à l'usage des 18 000 Français installés en Côte d'Ivoire et leur famille restée au pays. A Paris, il s'agit du , et à Abidjan du .

21h40 : Sur Twitter, le footballeur ivoirien Didier Drogba a une pensée pour les victimes de l'attaque de Grand-Bassam.

21h11 : Le parquet de Paris ouvre une enquête après l'attaque de Grand-Bassam, où un Français a été tué.

21h10 : Pour le spécialiste du terrorisme Mathieu Guidère, c'est la France qui est visée au travers de l'attaque de Grand-Bassam :

"Que les choses soient bien claires, au Mali, au Burkina ou en Côte d'ivoire, c'est la France qui est ciblée. Abidjan, une station balnéaire telle que celle de Grand-Bassam, toutes ces zones sont considérées comme le quartier général des Français. C'est là-bas que la France possède la plus grande communauté. Pour moi, je le répète la cible principale c'est la France."

Pour lire son interview en entier, c'est par ici.

20h40 : Manuel Valls réagit sur Twitter à l'attaque terroriste à Grand-Bassam.

20h12 : D'après le journaliste David Thomson, AQMI (auquel Al Mourabitoune est affilié) revendique l'attentat en Côte d'Ivoire.

20h05 : D'après le spécialiste du jihadisme Romain Caillet, des sources jihadies affirment qu'Al Mourabitoune (le groupe terroriste de Mokhtar Belmokhtar) est derrière l'attaque de Grand-Bassam.

19h52 : @anonyme Il n'y a que le site Koaci.com qui donne cette information pour le moment.

19h50 : L'attaque de Grand Bassam revendiquée par El Mourabitoune de Mokhtar Belmokhtar ?

19h39 : @anonyme Comme je l'indiquais un peu plus tôt, la France compte 600 soldats stationnés en Côte d'Ivoire, mais les forces ivoiriennes n'ont pas fait appel à elles pour "neutraliser" les terroristes.

19h38 : La France est engagée là-bas. Pourquoi aucune intervention militaire ?

19h37 : L'attaque de Grand-Bassam a coûté la vie à 14 civils et deux soldats, annonce le président ivoirien Alassane Ouattara.

19h32 : François Hollande annonce par ailleurs que l'attaque a coûté la vie à "une dizaine de civils" et à "plusieurs membres des forces de sécurité".

19h32 : "La France apporte son soutien logistique et de renseignement à la Côte d'Ivoire pour retrouver les agresseurs. Elle poursuivra et intensifiera sa coopération avec ses partenaires dans la lutte contre le terrorisme."

19h28 : Au moins un Français a été tué lors de l'attaque de Grand-Bassam. François Hollande dénonce "un lâche attentat".

19h17 : D'après un journaliste en Côte d'ivoire, les soldats français stationnés dans le pays n'ont pas été appelés par les autorités ivoiriennes pour neutraliser les assaillants à Grand-Bassam. Seuls des personnels de l'ambassade de France se sont rendus sur les lieux.

18h45 : D'après la chaîne publique ivoirienne RTI, il y avait en fait six assaillants, qui ont été "neutralisés". Le gouvernement ivoirien communiquera prochainement un bilan détaillé de l'attaque.

18h32 : Plusieurs photos de la plage de Grand Bassam, où a eu lieu une fusillade qui a fait au moins cinq morts.







(JOE PENNEY / REUTERS)

18h24 : D'après un journaliste local, les assaillants des hôtels de Grand-Bassam sont encerclés par l'armée ivoirienne.

18h00 : L'ambassade de France à Abidjan parle "d'attaque terroriste", et invite les ressortissants français dans le secteur de Grand-Bassam de rester chez eux.

17h56 : Beaucoup d'internautes s'émeuvent que la télévision publique ivoirienne diffuse toujours un match de football après cette fusillade. Un communicant fait le parallèle avec le Mali, où des feuilletons passaient lors de l'attaque du Radisson de Ouagadougou, en novembre dernier.

17h54 : "Pour le moment, nous avons un total de douze morts, dont quatre Européens. Nous ne savons pas s'il y en a d'autres. Nous menons en ce moment des opérations de ratissage", déclare un officier des forces de sécurité ivoiriennes lors d'un point presse.

17h39 : L'attaque depuis la mer contre des plages et des hôtels de Dakar et de la petite côte était le scénario redouté par les autorités sénégalaises depuis l'attentat de Ouagadougou...

17h49 : Comme le remarque justement @dedale dans les commentaires, le scénario d'un commando armé qui débarque sur une plage devant les hôtels touristiques était craint... notamment au Sénégal. Le scénario s'est peut être produit en Côte d'Ivoire.

17h26 : D'après la télévision ivoirienne RTI, les forces de l'ordre son en train d'intervenir sur place, et lancent un appel au calme auprès de la population locale.

17h24 : D'après RFI, les blessés, au nombre d'une dizaine, ont été évacués vers un hôpital d'Abidjan.

17h22 : @anonyme Ça y ressemble, mais on n'en est pas sûr pour le moment. Aucun groupe n'a revendiqué la fusillade.

17h21 : Donc c'est bien une attaque terroriste ?

17h15 : D'après le journaliste de France 24 Wassim Nasr, les assaillants sont arrivés sur la plage devant l'hôtel Etoile du Sud en bateau, en tirant sur la plage.