Claude Guéant doit-il rendre son tableau africain ?

L'ex-ministre de l'Intérieur a conservé cette œuvre offerte en 2011, dans le cadre de ses fonctions, par le président ivoirien Alassane Ouattara. Ce qui est interdit par une circulaire gouvernementale.

Claude Guéant et Alassane Ouattara, lors d\'une visite officielle à Abidjan (Côte d\'Ivoire), le 6 novembre 2011, au cours de laquelle le président ivoirien offre au ministre un tableau.
Claude Guéant et Alassane Ouattara, lors d'une visite officielle à Abidjan (Côte d'Ivoire), le 6 novembre 2011, au cours de laquelle le président ivoirien offre au ministre un tableau. (SIA KAMBOU / AFP)

Après la vente de tableaux flamands, c'est un tableau africain qui pose problème à Claude Guéant. L'ex-ministre de l'Intérieur (de février 2011 à mai 2012) a en effet conservé une toile offerte par le président de la Côte d'Ivoire. Alassane Ouattara lui a fait ce cadeau en novembre 2011, selon le quotidien ivoirien Le Nouveau courrier.

La toile, réalisée par le peintre ivoirien James Houra, qui représente "un couple africain naïf et coloré", est aujourd'hui accroché dans les locaux du cabinet Guéant avocats, précise Le Monde, dans un article daté du 7 mai. L'ancien ministre avait-il le droit de conserver cette œuvre ?

Que dit le quotidien ivoirien ?

"Ce cadeau a été fait à Claude Guéant [...] au cours d'une visite officielle en début novembre 2011. A cette occasion, celui qui était alors le premier flic de France avait été fait commandeur de l'ordre du mérite ivoirien. Il avait offert 34 voitures de police à l'Etat ivoirien. C'est donc à un ministre français en fonction, au cours d'une visite officielle, que ce cadeau avait été fait", indique Le Nouveau courrier, dans un article mis en ligne le 10 mai.

Que stipule la circulaire sur les cadeaux offerts aux ministres ?

Or, privatiser un cadeau reçu à l'occasion des visites effectuées à l'étranger va à l'encontre d'une circulaire gouvernementale (PDF), rédigée le 18 mai 2007 par François Fillon, alors Premier ministre.

"Les cadeaux offerts aux membres du gouvernement ou à leur conjoint, dans le cadre de l'exercice des fonctions gouvernementales [...] sont, pour leurs auteurs, la manifestation de la volonté d'honorer la France. C'est donc à l'Etat qu'ils s'adressent, au-delà de la personne du récipiendaire [...]. Il est en conséquence normal qu'ils n'entrent pas dans le patrimoine personnel du ministre ou de sa famille", précise la circulaire.

Toujours d'après cette circulaire, le ministre concerné doit faire enregistrer, par le service du mobilier national, le cadeau offert. Selon un journaliste du Monde, Claude Guéant ne l'a pas fait.

Que répond Claude Guéant ?

Contacté par le site Arrêt sur images lundi 13 mai, l'ex-ministre de l'Intérieur n'a ni démenti, ni confirmé ces informations. Il a simplement indiqué qu'il "ne répondait plus aux questions de la presse et qu'il réservait ses explications à la justice".