VIDEO. Centrafrique : après les massacres, les chrétiens effrayés attendent les renforts français

Au nord du pays, des dizaines d'habitants auraient été tués, les autres ont fui. Médecins sans Frontières a décidé d'y installer une clinique mobile et de soigner les habitants qui avaient fui dans la brousse

JEAN-YVES SERRAND - FRANCE 3 / AITV

La France se prépare à une intervention militaire en République Centrafricaine en plein chaos. Une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU est attendue dans les prochains jours. Dans la partie nord du pays, la région de Bossangoa est à feu et à sang depuis que les rebelles ont pris le pouvoir en mars. A 400 kilomètres au nord de la capitale Bangui, 40 000 chrétiens ont trouvé refuge dans cette localité isolée de Centrafrique.

Dans le village de N'Zéré, des dizaines d'habitants auraient été tués, les autres ont fui. Médecins sans Frontières a décidé d'y installer une clinique mobile et de soigner les habitants qui avaient fui dans la brousse, sans nourriture, sans eau. 90% des enfants sont malades du paludisme. La Croix rouge sur place fait un autre travail : enterrer les victimes les rebelles.

La Centrafrique, majoritairement chrétienne de 4,6 millions d'âmes, a sombré dans le chaos lorsque les rebelles musulmans de la Séléka, dont beaucoup viennent du Tchad et du Soudan, ont déposé le président François Bozizé. Depuis, le conflit a fait 460 000 déplacés, soit un dixième de la population. La France a décidé mardi de porter son contingent en Centrafrique à un millier d'hommes pour y rétablir la sécurité.

Le 9 novembre, 2013 - Femmes et enfants réfugiés dans un camp de déplacés près de Bossangoa, à 380 km au nord de Bangui.
Le 9 novembre, 2013 - Femmes et enfants réfugiés dans un camp de déplacés près de Bossangoa, à 380 km au nord de Bangui. (MATTHIEU ALEXANDRE / AFP)