Cet article date de plus de quatre ans.

Soldats français soupçonnés de sévices physiques en Centrafrique : le parquet de Paris ouvre une enquête

L'enquête préliminaire a été ouverte pour "violences volontaires en réunion", "séquestration" et "menaces avec armes".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un soldat français de l'opération Sangaris à Bangui, en Centrafrique, le 20 mai 2015. (PATRICK FORT / AFP)

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire visant des militaires français en Centrafrique, soupçonnés d'avoir passé à tabac deux Centrafricains ou d'avoir laissé faire ces violences, indique une source judiciaire, lundi 20 juin. L'enquête préliminaire a été ouverte notamment pour "violences volontaires en réunion" ayant entraîné une incapacité totale de travail de plus de huit jours, "séquestration" et "menaces avec armes".

Cinq militaires suspendus

Le ministère de la Défense avait annoncé, samedi 4 juin, qu'"au vu de la gravité des faits", des mesures de suspension avaient été prises à l'encontre de cinq militaires de la force française Sangaris en Centrafrique, soupçonnés d'avoir commis ou laissé commettre de graves sévices physiques sur deux ressortissants centrafricains dans un poste de contrôle à Bangui, début 2014. Une procédure disciplinaire avait également été engagée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.