Cet article date de plus de quatre ans.

Centrafrique : François Hollande annonce la fin de l'opération Sangaris en octobre

L'opération avait débuté en décembre 2013, alors que les violences communautaires déchiraient le pays.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Président François Hollande donne un discours le 13 mai 2016 à Bangui (Centrafrique). (STEPHANE DE SAKUTIN / POOL / AFP)

La fin de l'opération Sangaris se précise. François Hollande a annoncé, mercredi 13 juillet, que l'intervention de l'armée française en Centrafrique prendrait fin en octobre prochain, alors que le pays connaît pourtant un regain de tensions. A cette date, "le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, se rendra en Centrafrique pour prononcer officiellement la fin de l'opération Sangaris", a déclaré le chef de l'Etat, lors d'une réception au ministère de la Défense.

L'opération Sangaris avait débuté en décembre 2013, alors que les violences communautaires déchiraient le pays. Jusqu'à 2 500 militaires avaient été déployés sur place au plus fort de la crise. Les effectifs ont été ramenés depuis à 350 hommes, qui feront désormais office de réserve tactique au profit des 12 500 casques bleus de la Minusca, appuyés par l'Union européenne.

En avril, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait déjà annoncé la fin de l'opération Sangaris d'ici la fin de l'année 2016. Faustin-Archange Touadéra s'était alors inquiété du départ des Français.

Des efforts renforcés contre le groupe Etat islamique

La France va envoyer plus de soldats pour conseiller les forces irakiennes en lutte contre le groupe Etat islamique et redéployer le porte-avions Charles de Gaulle au Moyen-Orient, à l'automne, au sein de l'opération Chammal, a également annoncé François Hollande, comme l'indique notre consœur de France 2.

"Nous allons encore intensifier le concours de l'armée de Terre pour soutenir les Irakiens dans la perspective de la reconquête de Mossoul", a déclaré le chef de l'Etat.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.