Cet article date de plus de sept ans.

Centrafrique : qui sont les deux soldats français tués à Bangui ?

Ils appartenaient au 8e régiment de parachutistes d'infanterie de marine et ont été accrochés lors d'une patrouille de nuit près de l'aéroport.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des soldats français patrouillent dans Bangui, en Centrafrique, le 9 décembre 2013. (FRED DUFOUR / AFP)

Deux soldats français ont été tués dans la capitale centrafricaine, Bangui, lundi 9 décembre. L'Elysée a confirmé mardi matin cette information, donnée plus tôt par plusieurs médias. Dans un communiqué, François Hollande a fait état de sa "profonde tristesse" face à la mort de ces deux militaires, qui "ont perdu la vie pour en sauver beaucoup d’autres".

Cette nouvelle a été rendue publique moins d'une heure après que l'Elysée a annoncé la visite de François Hollande en Centrafrique mardi soir. Selon une journaliste de BFMTV, le chef de l'Etat avait décidé de se rendre dans le pays avant d'apprendre la mort des deux militaires.

Qui sont les deux soldats tués ?

Il s'agit des 1ère classe Nicolas Vokaer et Antoine Le Quinio, indique le ministère de la Défense. Agés respectivement de 23 et 22 ans, tous deux appartenaient au 8e régiment de parachutistes d'infanterie de marine (RPIMA) de Castres (Tarn).

Ils étaient "aguerris et titulaires de récompenses militaires", précise le ministère, qui souligne qu'ils avaient déjà exercé en Centrafrique, ainsi qu'au Gabon. Un hommage national doit leur être bientôt rendu.

Dans quelles circonstances sont-ils morts ?

Les deux militaires ont été tués dans le cadre de l'opération Sangaris. Depuis lundi, les troupes françaises conduisent des opérations de désarmement des milices et groupes armés à Bangui. Ils ont été touchés lors d'un échange de tirs "à très courte distance", a indiqué Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, dans un communiqué.

Lundi, "peu avant minuit", la section dont faisaient partie les deux soldats a été attaquée, lors d'une patrouille, par des "individus munis d’armes légères d’infanterie", précise le ministère. Ils ont été grièvement blessés lors de l'échange de tirs, et ont alors été transférés à l'antenne chirurgicale située non loin de l'aéroport de la ville, comme l'a précisé le président PS de l'Assemblée, Claude Bartolone, à l'issue d'une réunion d'information à Matignon sur la Centrafrique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.