Cet article date de plus d'un an.

Burkina Faso, Centrafrique, Mali... Comment la présence française est-elle devenue indésirable dans ces pays d'Afrique ?

Dimanche, l'armée du Burkina Faso a annoncé la fin officielle des opérations de soldats français sur son territoire. Dernier épisode en date d'une relation devenue houleuse.
Article rédigé par Valentine Pasquesoone - Propos recueillis par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 6 min
Des soldats de l'armée française à Soum (Burkina Faso), le 10 novembre 2019. (MICHELE CATTANI / AFP)

Un nouveau retrait d'un pays d'Afrique de l'Ouest. L'armée burkinabé a annoncé, dimanche 19 février, la fin officielle de la présence de la force française Sabre au Burkina Faso. Il y a un mois, les autorités locales avaient dénoncé l'accord actant la présence des forces françaises dans leur pays, leur donnant un mois pour partir.

Cette rupture fait suite au départ des derniers soldats français de l'opération Barkhane encore présents au Mali, en août 2022, et à la suspension de la coopération militaire tricolore avec la Centrafrique, l'été précédent. A l'époque, le ministère des Armées avait dénoncé une campagne de "désinformation massive" visant la France dans ce pays d'Afrique centrale, avec l'aide de la Russie. Les derniers militaires français encore présents en Centrafrique sont partis le 15 décembre, dans un pays où la milice russe Wagner a gagné du terrain.

Comment expliquer cette série de départs des forces françaises, et quel rôle ont joué des acteurs russes dans cette contestation de la présence française ? Eléments de réponse avec Alain Antil, chercheur et directeur du centre Afrique subsaharienne de l'Institut français des relations internationales (Ifri). 

Franceinfo : Hier, l'armée burkinabé a annoncé la fin officielle des opérations des forces françaises au Burkina Faso. Le dernier soldat français présent au Mali a quitté le pays en août, les derniers militaires français encore en Centrafrique sont partis en décembre Comment décririez-vous cette contestation de la présence militaire française dans ces pays ? 

Alain Antil : La première chose à dire est que ces trois pays sont dans une situation sécuritaire plus que préoccupante. Le Mali et le Burkina Faso se sont appuyés sur la France, et au Mali, malgré l'intervention de l'opération Barkhane, la situation ne s'est pas améliorée, voire s'est dégradée. Après l'opération Serval [en 2013] qui avait été efficace, des responsables français se sont montrés trop optimistes. L'écart entre ce qui avait été promis et ce qui est advenu est très important, et les populations voient que malgré les importants moyens dont la France dispose, les groupes jihadistes ont plutôt tendance à prospérer et les zones touchées par les violences à s'étendre.

La France est devenue le bouc émissaire de tout cela, alors que les causes principales du problème sont la faillite des forces de sécurité au Mali et au Burkina Faso, et la mauvaise gouvernance de ces pays. La situation politique s'est donc considérablement tendue au Mali et au Burkina Faso, dont les coups d'Etat sont l'une des manifestations, et ces pays ont décidé de revoir leurs politiques sécuritaires et leurs alliances. 

Quels sont les éléments communs à cette contestation de la présence française dans différents pays ?

Nous avons pu observer des choses assez similaires. Des manifestations, bien sûr, mais également un bouillonnement sur des réseaux sociaux qui deviennent un champ d'affrontement politique, et où circulent énormément de propos anti-français. Il y a des informations justes, des informations détournées de leur contexte, mais aussi de vrais mensonges. Au Mali par exemple, certaines personnes sont persuadées que la France aide les groupes jihadistes, ou qu'elle est présente pour exploiter les ressources minières ou énergétiques du pays. La circulation de fausses informations a débuté sur les réseaux sociaux en République centrafricaine (RCA), puis nous avons constaté la même chose au Mali et au Burkina Faso. Cela a joué un rôle sur le départ des forces françaises, car cela contribue à galvaniser des manifestants dans les capitales. Ces rumeurs sur les réseaux sociaux, ajoutées au militantisme dans les capitales et au fait que certaines élites reprennent les mêmes slogans que ceux publiés en ligne... Cela dessine un environnement extrêmement difficile [pour la présence française]. 

Les manifestations ont eu surtout lieu dans les capitales, avec un impact médiatique maximal. Dans certains rassemblements, des symboles français ont été brûlés, la présence française était vilipendée… Des symboles de la présence française ont été attaqués, comme l'Institut français au Burkina Faso, et l'on pouvait voir des drapeaux russes flotter dans ces manifestations. 

Vous évoquez des drapeaux russes. Comment des acteurs russes ont-ils contribué à nourrir cette contestation de la présence militaire française ? 

La Russie a contribué au combat sur les réseaux sociaux contre la présence française. Financements de militants, diffusion de contenus... Toute une gamme d'actions a été déployée par la Russie pour abîmer l'image de la France dans ces pays. Des dessins animés anti-français ont par exemple été diffusés. Des militants ont été rémunérés pour diffuser de fausses informations, ou reprendre des éléments de médias russes francophones et les diffuser... Cet activisme des réseaux sociaux a contribué à accélérer la dégradation de l'image de la France. De nombreux Sahéliens urbains sont sur les réseaux sociaux, et peuvent reprendre sans filtre tout un ensemble d'informations. 

Des figures du panafricanisme actuel, comme Kémi Séba et Nathalie Yamb [deux militants influenceurs], ont également affiché leurs liens avec la Russie. Nathalie Yamb a appelé des dirigeants ouest-africains à se rapprocher de Moscou, Kémi Séba a déclaré qu'il avait rencontré le PDG de la société mère de Wagner, Evguéni Prigojine, et reçu un "appui logistique" de ce groupe...  La milice Wagner fournit un partenaire de rechange à ces pays. Cette présence [en Centrafrique et au Mali] s'accompagne d'une très grande violence contre les groupes armés adversaires du pouvoir, mais aussi contre des civils. 

Que peut offrir la milice Wagner par rapport aux militaires français ? Vous parlez de violence, d'exactions... 

Wagner offre quelque chose que la France n'offre plus : la sécurisation du régime. Si Wagner n'avait pas été là, le président actuel de la RCA ne serait peut-être plus au pouvoir. Ces pays ont également des difficultés à attirer de nouveaux partenaires de sécurité. Peu de pays ont envie d'envoyer des soldats au Sahel par exemple. L'implication de Wagner présente aussi un double intérêt pour la Russie : être présent, sans être présent officiellement. Moscou peut toujours rétorquer, notamment sur les accusations d'atteintes aux droits de l'homme, qu'il s'agit d'un contrat commercial avec une entreprise russe et non une coopération bilatérale.

En acceptant Wagner, le partenaire africain pourrait obtenir par ailleurs un accès facilité à des livraisons d'armes russes. Les armes russes sont moins chères, et sont plus adaptées à des pays qui ont un budget plus faible en matière de défense. Or, ces pays réclament de l'armement. De plus, la France et d'autres Etats membres de l'Union européenne ne souhaitent pas livrer des armes à des pays où des exactions sont commises par les forces armées contre des populations civiles. 

Il faut souligner qu'il est trop tôt pour savoir si Wagner est présent au Burkina Faso. A ce stade, les autorités disent qu'elles n'ont pas besoin de combattants étrangers. 

Quelles sont les différences entre ces pays dans leur contestation de la présence française ?

Pour le Burkina Faso et le Mali, il y a beaucoup de ressemblances. La contestation vient de la jeunesse urbaine, mais également d'une partie des élites, y compris des élites étatiques. Certains militaires sont assez anti-français, même si la détérioration [des relations] est beaucoup plus forte avec le Mali qu'avec le Burkina Faso. 

Faut-il voir aussi, dans ces pays, une contestation de la France en tant qu'ancienne puissance coloniale ? 

Bien sûr. L'ancien colonisateur a été salué par les populations maliennes quand il est venu "sauver" le pays avec l'opération Serval. Mais plusieurs éléments ont progressivement généré un fort mécontentement, voire un rejet, dans les populations : l'installation de l'opération Barkhane sans définition de durée, d'abord, mais aussi une communication politique parfois désastreuse – je pense notamment au sommet de Pau – ou encore des discours des élites des pays qui se défaussaient de leurs responsabilités sur le partenaire français.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.