Otages libérés au Burkina Faso : les détails de l'opération

La France s'est inclinée devant le sacrifice après la mort de deux soldats français au Burkina Faso. Une opération des forces spéciales qui a permis la libération des deux otages français enlevés au Bénin.

Une nuit noire et un silence absolu : une vingtaine de commandos des forces spéciales sont intervenus pour libérer des otages au Burkina Faso. 200 mètres en terrain découvert où ils ont notamment évité les sentinelles. Avant de détecter les otages. Mais lors de cet assaut, deux soldats français ont perdu la vie.
"Au moment où les commandos vont être détectés, ils sont à une dizaine de mètres des abris, ils entendent les ravisseurs terroristes avec leurs armes à l'intérieur des abris. Ils montent à l'assaut sans ouvrir le feu pour être certain de ne pas faire de perte parmi les otages", détaille François Lecointre, chef d'état-major des armées.

Soulagement pour les parents

Au final, ils trouvent non pas deux, mais quatre otages : une Américaine, une Sud-Coréenne et les deux Français enlevés au Bénin le 1er mai. Leur guide avait été retrouvé mort. Avec des drones et le renseignement américain, les ravisseurs ont été traqués pendant une semaine. Un soulagement pour la mère d'un des deux otages libérés. "Ça me fait un choc, mais on est soulagé. Du moment qu'ils sont libérés, c'est le principal", dit-elle. Cette mère qui révèle d'ailleurs ne pas avoir été tenue au courant de quelconques opérations. La région est toujours déconseillée par le Quai D'Orsay. Les deux otages seront de retour samedi 11 mai à Paris.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le parc national de la Pendjari, au Bénin, où ont disparu deux Français le 1er mai 2019. Pris en otage, ils ont été libérés par les forces spéciales françaises au Burkina Faso. 
Le parc national de la Pendjari, au Bénin, où ont disparu deux Français le 1er mai 2019. Pris en otage, ils ont été libérés par les forces spéciales françaises au Burkina Faso.  (STEFAN HEUNIS / AFP)