Ali Bongo officiellement réélu président du Gabon, son rival conteste les résultats

L'héritier de la famille au pouvoir depuis 1967 l'a emporté au terme d'une campagne qui aura profondément divisé le pays.

Le président gabonais Ali Bongo devant ses partisans, le 28 août 2016 à Libreville.
Le président gabonais Ali Bongo devant ses partisans, le 28 août 2016 à Libreville. (STEVE JORDAN / AFP)

C'est désormais officiel. Ali Bongo, président du Gabon depuis 2009, a été réélu au terme d'une campagne qui s'est déroulée dans un climat délétère. Le ministre de l'Intérieur a indiqué que le président sortant avait récolté 49,80% des voix contre 48,23% pour son principal rival Jean Ping, selon les résultats encore provisoires de l'élection à un tour qui s'est déroulée samedi.

Des affrontements éclatent à Libreville

Les proches de Jean Ping ont d'ores et déjà indiqué qu'ils contestaient les résultats dans une des neuf provinces du pays, le Haut-Ogooué, fief de l'ethnie des Bongo. Deux jours après le vote, l'ONU indiquait que le scrutin avait "manqué de transparence".

Des affrontements entre forces de l'ordre et manifestants criant "Ali doit partir" ont éclaté juste après l'annonce officielle de la réélection du président Ali Bongo. Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes et de grenades assourdissantes pour repousser les manifestants qui voulaient s'approcher du siège de la Commission électorale (Cénap).