Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a quitté la clinique de Grenoble

Les raisons qui ont motivé son hospitalisation demeurent inconnues, Alger étant resté muet sur le sujet. 

La police escorte l\'ambulance du président algérien Abdelaziz Bouteflika quittant une clinique de Grenoble (Isère), samedi 15 novembre 2014. 
La police escorte l'ambulance du président algérien Abdelaziz Bouteflika quittant une clinique de Grenoble (Isère), samedi 15 novembre 2014.  (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, 77 ans, affaibli par la maladie depuis un AVC en 2013, a quitté samedi 15 novembre la clinique de Grenoble où il était hospitalisé depuis jeudi. Une ambulance escortée par plusieurs voitures avait quitté l'établissement vers 13h30. La police a confirmé qu'Abdelaziz Bouteflika était dans le cortège qui devait prendre la direction de l'aéroport de Grenoble où le président algérien était arrivé discrètement jeudi.

Les raisons qui ont motivé son hospitalisation demeurent inconnues, Alger étant resté muet sur le sujet, de même que la direction du Groupe hospitalier mutualiste dont fait partie la clinique. Selon le quotidien régional Le Dauphiné, qui a révélé la présence d'Abdelaziz Bouteflika à Grenoble vendredi, celui-ci a été hospitalisé dans un service de cardiologie et maladie vasculaire, où travaille un professeur de cardiologie qui officiait auparavant à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce à Paris, où le chef de l'Etat algérien avait été soigné durant près de trois mois l'an dernier à la suite de son AVC.

Depuis le début de son 4e mandat fin avril, le président algérien n'a fait que de rares apparitions publiques, en fauteuil roulant, alimentant les rumeurs sur son réel état de santé.