DIRECT. Algérie : Bouteflika promet une transition politique en cas de victoire à la présidentielle

Sa candidature à un cinquième mandat est contestée par des milliers d'Algériens qui estiment qu'il n'est plus en état de diriger le pays.

Abdelaziz Bouteflika participe à un scrutin local, le 23 novembre 2017, à Alger (Algérie).
Abdelaziz Bouteflika participe à un scrutin local, le 23 novembre 2017, à Alger (Algérie). (RYAD KRAMDI / AFP)
Ce qu'il faut savoir

La pression de la rue ne l'aura pas fait reculer. Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a confirmé, dimanche 3 mars, sa candidature à l'élection présidentielle du 18 avril. Dans un texte transmis et lu à la télévision nationale, il a promis, en cas de victoire, de faire adopter "une nouvelle constitution" et d'organiser "une élection présidentielle anticipée" à laquelle il ne serait pas candidat. Suivez les réactions à cette annonce dans notre direct.

Bouteflika prépare sa "succession". Le chef de l'Etat a promis, en cas de victoire, de ne pas aller au terme de son mandat. Une fois réélu, il entend organiser une "conférence nationale" à l'issue de laquelle serait organisé un scrutin anticipé. "Je m'engage à ne pas être candidat à cette élection", a-t-il assuré.

Un des principaux rivaux de Bouteflika renonce. Ali Benflis, principal adversaire du président lors des présidentielles de 2004 et 2014, a annoncé qu'il ne se présenterait pas au scrutin du 18 avril. Il avait obtenu 6,4% des voix en 2004 et 12,3% en 2014, à chaque fois en deuxième position.

Des milliers de manifestants en Algérie. "Bouteflika dégage !", ont scandé des centaines d'étudiants, dimanche, dans les rues d'Alger. Le site d'information Tout sur l'Algérie a signalé des rassemblements similaires à Oran et Constantine, deuxième et troisième ville du pays, avec des milliers de participants, ainsi qu'à Annaba, à Bouira, à Skikda et Guelma, ou encore Tiaret, Tlemcen et Mostaganem.

Des milliers de manifestants en France aussi. A Paris, 6 000 personnes ont pris part à un rassemblement contre la candidature d'Abdelaziz Bouteflika, dimanche après-midi, selon la préfecture de police. "Il est temps que l'Algérie retrouve sa démocratie", avait estimé l'un des organisateurs sur franceinfo. A Marseille, un millier d'Algériens se sont rassemblés sous l'arc de triomphe local, dans le quartier historique de l'immigration algérienne.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ALGERIE

23h05 : Ce live est terminé pour ce soir. Voici les principales infos de la soirée :

• 43 départements de la moitié nord de la France sont placés en alerte orange aux vents violents par Météo France cette nuit.


Fin du (faux) suspense en Algérie : Abdelaziz Bouteflika est bien candidat à un cinquième mandat. Mais dans une lettre rendue publique aux médias algériens, le président actuel s'engage à lâcher le pouvoir dans un an après la tenue d'un grand débat national. Ce soir, quelques centaines de personnes manifestaient dans le centre d'Alger.

• Le frère de Chérif Chekatt est placé en détention provisoire dans l'attente de son procès pour "menaces de mort".


Solide victoire de l'OM 2-0 dans le match de gala de la 27e journée de L1 face à Saint-Etienne. Grâce à cette victoire, les Phocéens dépassent leur adversaire du soir à la 4e place.

22h55 : Un journaliste de l'AFP sur place parle de "quelques centaines de jeunes" pour le moment.

22h46 : Des manifestants convergent à Alger pour protester contre la candidature de Bouteflika.

22h42 : "Cette proposition n'a pas de sens, c'est presque ubuesque. Non, ça va énerver davantage [les jeunes], parce qu'on continue à les prendre pour des imbéciles. C'est une attitude qui ne me surprend pas, on s'est habitué à ce type de sorties un peu surréalistes. Pour le régime, c'est une façon de gagner du temps. Ils ont été surpris par cette réaction massive du peuple algérien."

Interrogé par franceinfo, l'écrivain réagissait à la déclaration d'Abdelaziz Bouteflika qui s'engage à quitter le pouvoir au bout d'un an s'il est réélu en avril.

22h05 : Le directeur de campagne d'Abdelaziz Bouteflika a affirmé tout à l'heure que sa candidature avait recueilli 19 700 parrainages d'élus nationaux et locaux et... 5,86 millions de parrainages d'électeurs à travers le pays. Rappelons qu'il y a environ 22 millions d'électeurs en Algérie, ce qui veut dire que Bouteflika a déjà acquis 25% des suffrages.

20h21 : @ello1875 Nous avons posé la question il y a quelques semaines à Dalia Ghanem-Yazbeck, spécialiste de l’Algérie. Extrait de son interview que vous pouvez lire en entier ici : "Une source au sein du régime m’a dit que même les personnes les plus proches de ces cercles ne savent pas exactement qui fait quoi et qui décide, que le fonctionnement est très opaque et très complexe, même pour les acteurs directement impliqués."

20h20 : Bonsoir,Tout le monde semble d'accord pour dire que Bouteflika n'est plus qu'un pantin. Alors qui sont les hommes forts de l'Algérie, quels sont leurs noms et leurs fonctions?

19h59 : Et voici le point sur l'actualité qui va bien du dimanche soir :

Le (faux) suspense est levé : Abdelaziz Bouteflika est bien candidat à un cinquième mandat. Mais dans une lettre rendue publique aux médias algériens, le président actuel s'engage à lâcher le pouvoir dans un an après la tenue d'un grand débat national.

35 départements de la moitié nord de la France sont placés en alerte orange aux vents violents par Météo France cette nuit.

• Le frère de Chérif Chekatt est placé en détention provisoire dans l'attente de son procès pour "menaces de mort".

Une tornade s'est abattue sur l'équipe de Toulouse au Groupama Stadium cet après-midi. L'Olympique Lyonnais les a pulvérisés 5-1 et remonte à la 3e place du classement de L1.

19h53 : C'est désormais officiel : la candidature d'Abdelaziz Bouteflika a été déposée au conseil constitutionnel.

19h51 : Le souci, @anonyme, c'est que la plupart des partis d'opposition considèrent que les dés sont pipés en faveur du candidat du FLN, et que ça ne sert à rien de se présenter. C'est un peu le serpent qui se mord la queue, car du coup, avec une opposition aussi faible, Bouteflika est sûr d'être réélu.

19h51 : Il y a quelque chose que je ne comprends pas par rapport à la crise algérienne. Si l’Algérie est une démocratie, alors pourquoi empêcher leur président de se présenter quitte à ne pas voter pour lui et élire un autre président ?

19h48 : Encore mieux que le suspense autour de la candidature de Bouteflika, l'improbable Nekkazgate. Inéligible, le Rachid Nekkaz qu'on connaît en France a présenté un de ses parents, qui porte le même nom, pour être candidat à sa place.

19h27 : @Juderic Selon le directeur de campagne de Bouteflika qui s'exprime en ce moment, celle-ci pourrait intervenir dans un an.

19h26 : Est-il prévu un délai pour l'organisation de cette présidentielle anticipée ou celle-ci pourrait-elle avoir lieu six mois avant l'échéance normale ?

19h24 : Et sinon, l'histoire improbable du jour, c'est un faux Rachid Nekkaz, pas le candidat, mais un homonyme, qui s'est pointé au conseil constitutionnel.

19h21 : Voilà la déclaration vidéo du directeur de campagne de Bouteflika diffusée par Canal Algérie (avec une photo d'illustration du président algérien qui a facilement 15 ans).




19h19 : @anonyme Le président explique dans sa lettre, dont le contenu est détaillé sur le site local Algérie1.com, qu'il va chapeauter une grande consultation nationale pour revoir la constitution. Il veut "assurer une transition générationnelle calme et apaisée".

19h18 : Quel intérêt de se représenter si c'est pour refaire des élections (dans la foulée) auxquelle il ne se représentera pas s'il est élu ?

19h15 : Abdelaziz Bouteflika déclare qu'il organisera une présidentielle anticipée s'il est élu, scrutin auquel il ne participera pas. Est aussi prévu une sorte de grand débat national pour réviser la constitution.

19h13 : Le directeur de campagne de Bouteflika est en train de lire un texte à la télévision nationale.

18h58 : Les choses se précisent à Alger, car le directeur de campagne d'Abdelaziz Bouteflika est arrivé au Conseil constitutionnel, selon des témoins.

18h43 : Sur cette histoire de certificat médical, je lis dans un article du Point Afrique que Bouteflika avait fait explicitement référence à ses soucis de santé dans sa lettre de candidature de 2014 : "Les difficultés liées à ma santé ne semblent pas me disqualifier à vos yeux ou plaider en faveur de ma décharge des lourdes responsabilités qui ont eu raison d'une bonne partie de mes capacités."

18h41 : J'ai lu qu "la disposition de l’article 139 de la loi organique no 16-10 du 25 août 2016 relative au régime électoral stipule que « la déclaration de candidature à la Présidence de la République résulte du dépôt d’une demande d’enregistrement auprès du Conseil constitutionnel contre remise d’un récépissé ».Donc il n'a pas besoin d'être présent....Mais jai hâte de voir le certificat médical qui le désigne apte à gouverner !

18h40 : Dans les commentaires, @anonyme s'est plongé dans la constitution algérienne pour nous sortir le texte qui explique pourquoi Abdelaziz Bouteflika n'a pas besoin d'être là en personne pour déposer ses parrainages au conseil constitutionnel. Un grand merci à lui !

18h08 : @rayblain47 De ce que j'avais compris, il n'a pas besoin d'être physiquement présent pour être candidat. Il lui suffit d'apporter les parrainages au conseil constitutionnel. Mais je ne suis pas un expert de la constitution algérienne, si c'est votre dada, n'hésitez pas à vous manifester dans les commentaires.

18h07 : Comment Bouteflika va-t-il faire pour déposer candidature ? Tout le monde dit qu'il est en Suisse (Genève?) depuis des années ? Télépathie ?J'ai lu & entendu deux données inverses : pas besoin qu'il soit présent / l'inverse !? Merci.

18h05 : Selon le site (bien informé) TSAlgérie, le tout nouveau directeur de campagne de Bouteflika va lire une lettre de sa main devant le conseil constitutionnel.

18h01 : 18 heures ! Un petit apéritif avec quatre infos à picorer ?

35 départements de la moitié nord de la France sont placés en alerte orange aux vents violents par Météo France cette nuit.

Abdelaziz Bouteflika devrait déposer sa candidature à la présidentielle en Algérie dans les minutes qui viennent. Ses parrainages sont arrivés au conseil constitutionnel dans huit camionnettes séparées. En France, 6 000 personnes ont manifesté à Paris contre la perspective d'un cinquième mandat du président sortant.

Vous avez jusqu'à ce soir pour répondre à la consultation sur la fin du changement d'heure, lancée par l'Assemblée nationale. On vous aide à choisir la solution qui vous convient le mieux.

La nouvelle capsule Crew Dragon de SpaceX a réussi à s'amarrer automatiquement à la Station spatiale internationale (ISS). Une première historique !

17h34 : La préfecture de police indique que 6 000 personnes ont manifesté place de la République à Paris contre un cinquième mandat d'Abdelaziz Bouteflika. C'est plus que le nombre de "gilets jaunes" dans la capitale hier, pour vous donner une idée.

17h33 : Ali Benflis, qui avait été le principal candidat d'opposition face à Bouteflika lors des précédents scrutins, annonce qu'il renonce à se présenter : "La tenue de l’élection présidentielle dans ces conditions aggravera la situation du pays. Ma place n’est pas dans l’élection, mais avec le peuple".

Il avait obtenu 120 000 parrainages, deux fois le total demandé pour se présenter.

17h17 : Des images impressionnantes des manifestations dans le pays nous parviennent, comme celle de Blida, près de l'université.

17h30 : Selon les médias algériens, l'officialisation de la candidature d'Abdelaziz Bouteflika ne serait plus qu'une question de minutes. Des camionnettes transportant ses parrainages défilent devant l'entrée du Conseil constitutionnel. Le site TSA Algérie en a compté huit.

17h29 : @Mustapha Si, si tout à fait, remonter ce fil en utilisant le hashtag #ALGERIE et vous verrez que nous en avons parlé en début d'après-midi. Quelques milliers de personnes à Paris, plus d'un millier à Marseille, ont notamment battu le pavé contre la candidature du président sortant.

17h29 : Bonjour. Vous n'en parlez pas de la communauté algérienne qui se mobilise en France contre un 5e mandat de la momie ?

16h28 : @anonyme La solution du boycott est envisagée par plusieurs partis importants de l'opposition, qui estiment qu'Abdelaziz Bouteflika sera élu de toute façon, avec des candidats en face de lui ou pas.

16h52 : Bonjour, petite question (peut-être bête mais bon ^^). Pourquoi les manifestations en Algérie ont lieu ? Si j’ai bien compris, c’est contre la CANDIDATURE du président actuel à la prochaine élection. Il ne suffirait pas de ne juste pas voter pour lui aux prochaines élections plutôt que d’aller manifester ? Merci

16h49 : La police algérienne a eu recours à un canon à eau pour disperser des étudiants marchant vers le Conseil constitutionnel à Alger. C'est là que doit être enregistrée la possible candidature du président Abdelaziz Bouteflika à un 5e mandat.

16h02 : Il est 16 heures, voici les titres de l'après-midi :

Nous saurons d'ici ce soir si Abdelaziz Bouteflika est candidat à un cinquième mandat. Des milliers d'Algériens, opposés à sa candidature, manifestent cet après-midi dans plusieurs grandes villes du pays.

Vous avez jusqu'à ce soir pour répondre à la consultation sur la fin du changement d'heure, lancée par l'Assemblée nationale. On vous aide à choisir la solution qui vous convient le mieux.

Après la vague d'actes antisémites qui a touché la France ces dernières semaines, franceinfo a donné la parole à des jeunes de confession juive. Ils nous expliquent ce que signifie pour eux "être juif" dans ce contexte.

La nouvelle capsule Crew Dragon de SpaceX a réussi à s'amarrer automatiquement à la Station spatiale internationale (ISS). Une première historique !

15h51 : Votre question n'a rien de bête et nous y répondons justement dans cet article. Depuis un AVC en 2013, Abdelaziz Bouteflika n'apparaît presque plus en public. Peut-il encore prendre des décisions ? Probablement pas. Mais il est entouré d'un "clan" qui les prend pour lui, dans lequel on trouve son frère Saïd Bouteflika (au milieu sur la photo) ou encore le chef d'état-major de l'armée Ahmed Gaïd (à gauche).




(BILLAL BENSALEM / NURPHOTO / AFP)

15h47 : Bonjour. Question bête que je me pose en voyant l'état de santé du président algérien : est-ce vraiment lui qui gère aujourd'hui le pays, et qui décide de sa 5e candidature ?

15h22 : A Paris aussi, une manifestation d'opposition à une candidature d'Abdelaziz Bouteflika est en cours.