Algérie : un chrétien condamné à 3 ans de prison pour «outrage à l’islam»

La condamnation de Slimane Bouhafs à cinq ans de prison pour «atteinte à l’islam et au prophète» continue de susciter un grand tollé en Algérie. Amnesty international appelle à sa libération immédiate. Il a vu sa peine réduite de deux en appel ce mardi 6 septembre 2016.

Capture d\'écran Facebook
Capture d'écran Facebook (DR)
Il est accusé d’avoir «porté préjudice à la religion musulmane à travers des écrits et photos partagés sur les réseaux sociaux ». La gendarmerie l’a interpellé le 31 juillet 2016 pour «atteinte aux préceptes de l’islam et propos indécents à l’égard du Prophète Mohamed». Ancien policier, laïque et converti au christianisme, Slimane Bouhafs aurait, selon sa défense, assumé ses positions politiques et réfuté toute «offense» de l’islam. Ses derniers posts sur Facebook remontent au 21 juin 2016.

Captrure d\'écran Facebook
Captrure d'écran Facebook (DR)


«Dans cette affaire, c'est l'aspect politique lui-même qui était jugé. Cet ancien fonctionnaire de police a donné toute son énergie dans le combat contre le terrorisme que c'est devenu chez lui presque une déformation professionnelle. Il déteste tellement les causes du terrorisme qu'il s'est choisi une autre religion comme signe de contestation et cela, c'est une position politique. Ensuite, il est en train de militer pour la séparation du politique et du religieux, comme il l'a déclaré lors de l'audience en première instance», s’indigne Salah Dabbouz, avocat et président de la LADDH (Ligue algérienne des droits de l’Homme) dans El Watan.  





La justice l’a condamné, le 7 août 2016, à une peine de cinq ans de prison et une amende de 100.000 dinars pour outrage au prophète et dénigrement des principes et préceptes de l’islam. «Amnesty International appelle les autorités algériennes à libérer immédiatement et sans condition le militant Slimane Bouhafs, qui purge une peine de cinq ans d’emprisonnement en raison de ses publications sur Facebook», exige l’ONG dans un communiqué.
 
Cette condamnation a créé un grand tollé sur les réseaux sociaux. 

Capture d\'écran Facebook
Capture d'écran Facebook (DR)


 Le 9 août 2016, une cour d'appel d'Alger a confirmé une peine de deux ans de prison prononcée contre le journaliste Mohamed Tamalt pour avoir diffusé sur Facebook une vidéo accompagnée d’un poème jugé offensant à l’égard du président algérien. «La liberté d’expression ne sera jamais garantie en Algérie tant qu’un poème mis en ligne sur Facebook risque de valoir deux ans de prison. L’incarcération de personnes accusées d’avoir insulté ou offensé des personnalités publiques est injuste et constitue une menace pour tous ceux qui souhaitent s’exprimer sur les questions d’intérêt public», a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch
 
Slimane Bouhafs a fait appel de sa condamnation à cinq de prison. Son procès a eu lieu le mardi 30 août, avec une forte mobilisation de la société civile. Sa peine a été réduite de deux ans en appel ce 6 septembre 2016.