Afghanistan : MSF, confronté à "trois fois plus" d'enfants malnutris que l'an dernier à la même période, salue l'appel aux dons de l'ONU

L'ONU vient de demander un montant record de 5 milliards de dollars pour financer l'aide à l'Afghanistan.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Un bébé traité pour malnutrition, le 22 novembre 2021 au centre MSF d'Herat (Afghanistan). (HECTOR RETAMAL / AFP)

"On a énormément de demandes de prises en charge pour malnutrition", témoigne mardi 11 janvier sur franceinfo Sarah Château, responsable du programme Afghanistan pour Médecins Sans Frontières concernant la catastrophe humanitaire qui menace l'Afghanistan. "On est à plus de trois fois le nombre d'enfants malnutris par rapport à la même période l'an dernier", a-t-elle précisé, saluant "la mobilisation assez forte de l'aide humanitaire et la levée des sanctions de la part des États-Unis et des Nations unies", alors que l'ONU vient de demander un montant record de 5 milliards de dollars pour financer l'aide à l'Afghanistan.

franceinfo : Quels sont les retours sur place, est-ce que le pays est au bord du gouffre ?

Sarah Château : Les services sont saturés de patients avec énormément de demandes de prises en charge pour malnutrition.

"On a beaucoup d'enfants de moins de 5 ans, des patients de moins de 6 mois, malnutris."

Sarah Château, responsable du programme Afghanistan pour MSF

à franceinfo

On a des services hospitaliers où l'on a parfois jusqu'à deux enfants par lit. L'année dernière, à la même période, il faut imaginer qu'on avait une trentaine de lits prenant en charge ces enfants. Cette année, on est à 75 lits et on a déjà plus d'une centaine d'admissions sur ces 75 lits. On est à plus de trois fois le nombre d'enfants malnutris par rapport à la même période l'an dernier, sachant qu'on est dans une période creuse, où généralement il y a moins de cas que pendant le pic qui a lieu entre juillet et octobre. Le nombre de cas ne diminue pas.

Dans quel état se trouve le système hospitalier afghan ?

Le système hospitalier afghan était déjà en mauvais état avant l'arrivée des talibans. On s'en était alarmé dès les mois de mars, avril, quand des salariés du ministère n'étaient plus payés depuis déjà plusieurs mois. Donc, forcément, on ne peut que saluer la mobilisation assez forte de l'aide humanitaire et la levée des sanctions de la part des États-Unis et des Nations unies. C'est ce qui va nous permettre de travailler de façon plus sereine pendant l'année à venir. Mais de nombreux hôpitaux ont déjà dû fermer et le système mis en place est assez précaire. On espère que l'appel aux dons des Nations unies sera entendu le plus possible avec des États donateurs qui accepteront d'y participer. Toutefois, toutes les garanties ne sont pas réunies pour que l'argent puisse arriver. Il y a aussi une problématique de crise financière au sein du pays, avec l'absence de cash, de monnaie, pour payer les salaires, payer l'essence pour faire marcher les générateurs. Un hôpital a besoin de fonctionner avec énormément de services et c'est cela qui est très compliqué en ce moment.

Comment se passent les relations de MSF avec les talibans sur le terrain ?

On a des relations ouvertes, entretenues régulièrement. On est dans le dialogue. Ce sont les autorités actuellement en place.

"Il est important d'avoir un dialogue ouvert d'autant qu'il y a une demande de la part des talibans vis-à-vis des ONG."

Sarah Château

à franceinfo

MSF avait déjà des discussions avec eux depuis plusieurs années, lorsqu'ils étaient à Doha, donc nous avons des accords humanitaires qui ont été signés depuis maintenant plusieurs années et qui nous permettent de mettre en avant nos principes humanitaires d'indépendance et de neutralité. Ce dialogue nous permet à nous et à nos collègues, nos salariés, de pouvoir travailler dans de bonnes conditions.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afghanistan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.