Le Conseil de sécurité de l'ONU adopte une résolution facilitant l'aide humanitaire à l'Afghanistan

Cette aide sera facilitée pendant un an. Mais la communauté internationale souhaite que les talibans, au pouvoir depuis cet été, n'en profitent pas.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des Afghans portent des sacs distribués au titre de l'aide humanitaire, à Kandahar, le 19 octobre 2021. (JAVED TANVEER / AFP)

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté, mercredi 22 décembre, à l'unanimité, une résolution proposée par les Etats-Unis qui facilite pendant un an l'aide humanitaire à l'Afghanistan, au bord de l'effondrement économique, en espérant que les talibans n'en tireront pas profit.

La résolution stipule que "le paiement de fonds, d'avoirs financiers" comme "la fourniture de biens et de services nécessaires" pour répondre aux "besoins humains fondamentaux en Afghanistan", sont "autorisés" et "ne constituent pas une violation" des sanctions imposées à des entités liées aux talibans, qui ont réagi en saluant "un bon pas" en avant avec cette résolution. 

Réduire le risque d'un afflux de réfugiés dans les pays voisins

L'adoption de ce texte représente un premier pas de l'ONU à l'égard de l'Afghanistan, dirigé depuis août par les talibans et où des millions de personnes souffrent de famine. Il vise à réduire le risque d'un afflux de réfugiés fuyant la pauvreté dans les pays voisins de l'Afghanistan et à répondre à un besoin d'une assistance accrue, comme l'ont relevé les Etats-Unis.

Pour tenter de garantir que l'aide ira bien aux Afghans et que les talibans n'en profiteront pas, la résolution prévoit un réexamen de l'exemption générale liée à l'aide humanitaire après douze mois. Lors des négociations, la France et l'Inde avaient pourtant insisté pour que la durée de la résolution ne porte que sur six mois, selon des diplomates.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Moyen Orient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.