Afghanistan : les premiers Français et étrangers évacués de Kaboul par la France sont arrivés à Roissy

L'appareil transportait une quarantaine de ressortissants français et étrangers évacués de Kaboul, ainsi qu'une soixantaine de militaires de retour d'opérations extérieures depuis la base d'Abou Dhabi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les ressortissants français et étrangers évacués de Kaboul par la France arrivent à l'aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle, le 17 août 2021. (GUILLAUME BONNET / AFPTV)

Ils sont sains et saufs. L'avion transportant les premiers ressortissants français et étrangers évacués de Kaboul, en Afghanistan, par la France est arrivé mardi 17 août dans l'après-midi à l'aéroport parisien de Roissy Charles-de-Gaulle, ont constaté des journalistes de l'AFP.

>> Suivez les dernières informations sur la situation en Afghanistan dans notre direct

L'A310 transportait une quarantaine de personnes évacuées de la capitale afghane, ainsi qu'une soixantaine de militaires de retour d'opérations extérieures depuis la base d'Abou Dhabi, la capitale des Emirats arabes unis, a confirmé à franceinfo une source du ministère des Armées. 

Un accompagnement médico-psychologique et matériel est proposé aux ressortissants civils évacués, ainsi que des procédures accélérées pour délivrer des visas "après les vérifications nécessaires et dans un objectif de garantie de la sécurité intérieure", selon un communiqué du gouvernement français"Les Afghans qui souhaiteraient demeurer à long terme sur le territoire national seront accompagnés dans leur demande d'asile. Ils recevront tout le secours de la France."

Une "opération très complexe"

La ministre des Armées, Florence Parly, a salué sur BFMTV une "opération très complexe" alors que le chaos régnait à l'aéroport de Kaboul, lundi, et que les barrages des talibans compliquaient l'accès à l'aéroport.

Il s'agit de la première évacuation par la France depuis l'arrivée au pouvoir des talibans, dimanche. "Tout est fait pour que nous puissions rapatrier [les autres] le plus vite possible", a promis Florence Parly, qui n'était pas en mesure de dire combien de vols supplémentaires seront nécessaires pour évacuer les ressortissants français et les Afghans ayant aidé l'armée et l'administration françaises, qu'Emmanuel Macron s'est engagé à protéger.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afghanistan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.