Afghanistan : "La vallée de Panchir est très propice à une lutte de guérilla", Karim Pakzad, chercheur à l’IRIS

Le chef du Front National de résistance Ahmad Massoud a appellé à la poursuite des combats dans la vallée du Panchir après la prise de pouvoir "totale" de la zone annoncée par les talibans. Pour Karim Pakzad, chercheur à l'IRIS, le terrain se prête à une "lutte de guérilla".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Karim Pakzad, chercheur à l'IRIS, invité de franceinfo (FRANCEINFO)

"La vallée de Panchir est très propice à une lutte de guérilla", a expliqué sur franceinfo lundi 6 août Karim Pakzad, chercheur à l’IRIS (Institut de Recherches Internationales et Stratégiques), spécialiste de l’Afghanistan, alors que les talibans annoncent contrôler cette vallée.

franceinfo : Les talibans annoncent avoir pris le contrôle de la vallée du Panchir. Qu'elle est la situation ?

Karim Pakzad : Ils ont effectivement pris le contrôle ce matin. Ils ont publié des photos de leurs combattants en face des bâtiments gouvernementaux. Il n'y a pas de doute. Si internet et les communications sont interrompues par les talibans depuis une semaine, les combattants communiquent avec l'extérieur de la vallée et les étrangers par des téléphones qui fonctionnent avec des satellites. C'est la raison pour laquelle Ahmad Massoud le chef de la résistance, sans reconnaître formellement le contrôle de la vallée par les Talibans, a annoncé que la résistance n'était pas vaincue et qu'ils contrôlent les voies stratégiques. Cela signifie que la vallée entre dans une phase qui a fait sa renommée, c'est à dire une guérilla.

Peut-on dire que le Panchir est un bastion de la résistance en général ?

Oui, le Panchir a été à l'époque de l'occupation de l'Afghanistan par l'armée rouge, de l'ex Union soviétique, le plus ferme et le plus important bastion de la résistance parce que la vallée de Panchir est très profonde et très propice à une lutte de guérilla.

"L'Union soviétique n'a jamais réussi à occuper durablement cette vallée. Aujourd'hui, les talibans sont installés mais je pense que la résistance va continuer."

Karim Pakzad, chercheur à l'IRIS

à franceinfo

Est-ce que Ahmad Massoud peut résister durablement ?

Tout ça va dépendre de la position des talibans qui ne peuvent pas être indifférents à la position des pays étrangers. L'Iran a officiellement condamnés l'attaque des talibans sur Panchir, le Pakistan également. On est dans une situation où les talibans essaient d'imposer leur volonté par la force.

Les talibans tardent à annoncer la composition de leur gouvernement. Ont-ils été pris de court ?

Les talibans eux-mêmes ont été surpris par la chute de Kaboul. Ils n'étaient pas prêts pour former un gouvernement. C'est la raison pour laquelle il y a deux ou trois jours les talibans ont annoncé qu'ils ne se sont pas encore décidés sur la nature du gouvernement, même la position du gouvernement. C'est la raison pour laquelle les discussions avec l'adversaire s'annoncent très difficiles.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afghanistan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.