Afghanistan : ce que l'on sait de l'attentat de Kaboul, qui a fait au moins 90 morts

Un camion a explosé, mercredi, en pleine heure de pointe matinale, dans le quartier diplomatique de la capitale afghane.

Un véhicule piégé a explosé à Kaboul, le 31 mai 2017.
Un véhicule piégé a explosé à Kaboul, le 31 mai 2017. (SHAH MARAI / AFP)

Un attentat meurtrier, en plein ramadan. L'explosion d'un camion piégé a fait au moins 90 morts et plus de 400 blessés, mercredi 31 mai, dans le quartier diplomatique à Kaboul (Afghanistan), enveloppant le palais présidentiel et les ambassades étrangères dans un nuage de fumée noire. Franceinfo revient sur ce que l'on sait de cet attentat.

Un camion piégé en plein centre-ville

L'explosion a été provoquée par "un kamikaze qui a actionné un véhicule piégé place Zanbaq dans le 10e district de Kaboul", selon un communiqué. "L'explosion a été causée par une citerne à eau qui contenait plus d'une tonne et demi d'explosifs. Elle a laissé un cratère de 7 mètres de profondeur", a indiqué à l'AFP une source occidentale informée à Kaboul. 

La mission de l'Otan à Kaboul, Resolute Support, a précisé dans un communiqué que les forces de sécurité afghanes venaient d'empêcher le véhicule de pénétrer dans la "zone verte" placée sous haute sécurité, où se trouvent les bâtiments diplomatiques et le palais présidentiel, lorsqu'il a explosé.

L'attentat s'est produit vers 8h30, heure locale, près de l'entrée fortifiée de l'ambassade d'Allemagne, sur une route très fréquentée tôt le matin. La déflagration a été si forte qu'elle a secoué une grande partie de la ville, soufflant de nombreuses portes et fenêtres et semant la panique parmi les habitants.

"C'était comme un tremblement de terre", a décrit à l'agence Reuters Mohamed Hassan, un jeune employé d'une banque touchée par l'explosion, la tête recouverte d'un bandage et la chemise blanche ensanglantée. Les blessés en état de parler ont évoqué des scènes de panique et de confusion. Certains corps acheminés plus tard à l'hôpital étaient méconnaissables.

Des nuages de fumée noire ont rapidement couvert le centre-ville et des maisons situées à plusieurs centaines de mètres de l'explosion ont vu leurs vitres et leurs portes soufflées par la déflagration. Ce journaliste d'une télévision afghane souligne que la fumée de l'explosion s'élevait dans différents quartiers de la ville :

Des vidéos tournées sur le site de l'attaque montrent des murs effondrés, des bâtiments éventrés et des véhicules détruits, dont de nombreuses voitures avec des victimes à l'intérieur. Celle-ci révèle les dégâts autour de l'ambassade allemande :

Voir la vidéo

(FRANCE INFO)

Le quartier des ambassades visé

Le véhicule piégé a explosé à proximité de la zone la plus sécurisée de Kaboul, près de l'ambassade allemande. "Mais il y a plusieurs autres enceintes importantes et des bureaux à proximité. Il est difficile de dire quelle était la cible exacte", a déclaré un porte-parole de la police.

Une infographie publiée par France Culture, sur Twitter, montre la disposition des ambassades : celles d'Allemagne, de France, du Royaume-Uni et des Etats-Unis sont toutes proches, tout comme le palais présidentiel. 

"Nombre de femmes et d'enfants" parmi les victimes

Il y a au moins 90 morts et plus de 400 blessés, selon un nouveau bilan communiqué mercredi en fin de journée. Le ministre de la Santé a souligné que le bilan risquait de s'alourdir à mesure que les corps étaient retirés des décombres. "Nombre de femmes et d'enfants" figurent parmi les victimes, selon le centre d'information gouvernemental.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, a annoncé qu'un gardien afghan de l'ambassade d'Allemagne a péri dans l'attentat. Des employés de l'ambassade d'Allemagne figurent parmi les blessés, a-t-il ajouté, sans donner d'indications sur leur nombre ou leur nationalité. La BBC a indiqué de son côté qu'un chauffeur afghan de la chaîne publique britannique a été tué. Quatre de ses journalistes, blessés, ont été hospitalisés, mais leurs jours ne sont pas en danger. 

Enfin, si l'ambassade de France a subi des "dégâts matériels", aucune victime n'a pour le moment été signalée parmi les employés de la mission diplomatique, a déclaré la ministre des Affaires européennes, Marielle de Sarnez, sur Europe 1.

Le journaliste Lotfullah Najafizada publie la photo d'un ingénieur informatique de la chaîne afghane Tolonews tué dans l'attentat : 

Pas encore de revendication

L'attentat n'avait toujours pas été revendiqué mercredi en fin de journée. Les talibans, qui ont mené plusieurs attaques à Kaboul ces derniers mois, comme le groupe Etat islamique, ont nié toute responsabilité. Le mouvement islamiste condamne toute attaque indiscriminée qui provoque des victimes civiles, a déclaré le porte-parole des taliban, Zabihullah Mujahid.

L'Afghanistan toujours sous la menace terroriste

La violence de cette attaque confirme que le mois du ramadan n'apportera aucun répit à la population afghane. Depuis le départ du gros des troupes étrangères fin 2014, les talibans ont repris le contrôle d'environ 40% du territoire de l'Afghanistan, selon les estimations américaines, même si les autorités tiennent encore, difficilement, toutes les grandes capitales provinciales. Et l'Etat islamique s'est implanté dans le pays. Le 3 mai dernier, il avait revendiqué un attentat contre un convoi de l'Otan, qui avait fait 8 morts.

Le président des Etats-Unis Donald Trump devrait prochainement se prononcer sur l'envoi de 3 000 à 5 000 soldats américains supplémentaires que lui réclament ses conseillers militaires pour tenter d'enrayer la progression des insurgés islamistes. A la suite des attentats du 11 septembre 2001, les Etats-Unis et leurs alliés sont intervenus dans le pays pour faire tomber le régime des taliban, qui abritait Al-Qaïda et son chef, Oussama Ben Laden. Ils n'ont jamais pu le quitter. Le Monde souligne qu'à ce jour, la guerre d’Afghanistan est "la plus longue jamais menée par les Etats-Unis".