Afghanistan : 350 personnalités lancent un appel pour repenser le système d’accueil des Afghanes en France

Les signataires demandent "aux autorités françaises de mettre en place un programme d'accueil humanitaire d’urgence" pour les femmes afghanes.
Article rédigé par franceinfo ­
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Une collecte de pain auprès d'une association caritative pendant le mois de jeûne du Ramadan, à Kaboul, le 13 avril 2023. (WAKIL KOHSAR / AFP)

350 personnalités signent une tribune publiée vendredi 21 avril dans le journal Le Monde, que franceinfo a pu consulter, appelant à repenser le système d'accueil des Afghanes en France. Derrière cette initiative, la journaliste Solène Chalvon-Fioriti.

L'ancienne correspondante en Afghanistan pendant dix ans, auteure du texte, explique dans cette tribune que "les femmes qui sont parvenues à rejoindre un pays limitrophe" comme le Pakistan ou l'Iran "ne sont que quelques milliers" et "qu'elles pourraient être prises en charge". La journaliste affirme que celles qui "arrivent à franchir la frontière [...] se retrouvent seules, exposées à de nouveaux dangers".

Solène Chalvon-Fioriti raconte que cette situation est le fruit du retour au pouvoir, en août 2021, des Talibans. "Entre 2001 et 2021, le pourcentage de filles inscrites à l’école primaire en Afghanistan était passé de 0% à 40%. Le nombre d’étudiantes à l'université avait été multiplié par 20". Elle constate qu'"en 2023, les compteurs ont été remis à zéro, de force. Par la seule volonté d'une dictature illégitime", déplore la journaliste qui ajoute : "L'Afghanistan est le pays le plus répressif pour le droit des femmes et des filles".

Solène Chalvon-Fioriti rappelle qu'en "septembre 2021, le Parlement européen avait appelé à la création d'un visa humanitaire spécifique pour accueillir les femmes afghanes", mais que cet appel "est resté sans suite".

Faciliter l'accès au territoire français

Aujourd'hui, la grand reporter ainsi que tous les signataires - parmi lesquels Agnès Jaoui, Virginie Despentes, Leïla Slimani, ou encore le directeur de Science Po Mathias Vicherat - demandent "aux autorités françaises de mettre en place un programme d'accueil humanitaire d’urgence, pour permettre l’accès à notre territoire à ces femmes qui n’ont plus accès au travail ou à l’éducation et qui sont isolées au Pakistan ou en Iran".

Ce programme d'accueil reposerait sur "trois piliers" : "une aide humanitaire dans les pays frontaliers de l’Afghanistan permettant de protéger ces femmes qui fuient" ; "un engagement à faciliter et accélérer les délivrances de visa leur permettant de rejoindre la France pour y demander l'asile" ; et enfin "un système d'accueil renforcé à l'arrivée en France, qui reconnaisse leurs besoins spécifiques et s'ajoute aux dispositifs déjà existant pour les autres demandeurs d’asile".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.