Afghanistan : l’US Army reconnaît des frappes "à proximité" de l'hôpital de MSF

Le Pentagone promet une enquête après ce qui semble être une bavure la nuit dernière. Un raid américain dans le nord de l’Afghanistan aurait touché un hôpital de MSF. L'US Army a reconnu des frappes aériennes menées "à proximité" de l'établissement. Dix-neuf personnes sont mortes, dont 12 employés de l’ONG. L’ONU a dénoncé une frappe "inexcusable", peut-être "criminelle".

(Le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, a affirmé samedi dans un communiqué qu'une "enquête exhaustive" était en cours sans confirmer si le raid avait été mené par des forces américaines © EUTERS/James Lawler Duggan)

Il s’agit peut-être d’un "crime de guerre", du moins si la frappe visait délibérément l’hôpital. Il va falloir pour cela enquêter, dit Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme Zeid Ra'ad Al Hussein qui dans le même temps qualifie donc "cet événement de 'profondément tragique, inexcusable et possiblement criminel'".

L'US Army évoque des frappes "à proximité" de l'hôpital

Dans un communiqué publié samedi dans la soirée, l'armée américaine a admis avoir mené des frappes aériennes dans la zone de l'hôpital tenu par Médecins sans frontières (MSF). L'US Army affirme avoir visé des talibans qui avaient ouvert le feu sur des soldats américains déployés avec l'armée afghane. Elle précise qu'une enquête a été ouverte.

Le Pentagone promet une enquête exhaustive

Du côté de Washington, aucune confirmation que la frappe venait bien des forces américaines. Le chef du Pentagone se contente de dire qu’une "enquête exhaustive" est en cours, en coordination avec le gouvernement afghan. Mais Ashton Carter précise que les forces américaines opéraient à proximité avec l’hôpital, théâtre de violents affrontements avec les talibans au cours de derniers jours.  

Dans un communiqué plus tôt dans la journée un porte-parole de l’OTAN affirmait d’ailleurs que l’aviation américaine avait bel et bien bombardé Kunduz cette nuit. Et que la frappe pourrait avoir provoqué des dommages collatéraux dans un bâtiment médical.

Les autorités afghanes ont fait savoir que le chef de la coalition avait présenté ses excuses au président afghan, ce qui constitue finalement une forme d’aveu.

Obama présente ses "condoléances"

Dimanche, le président des Etats-Unis a présenté ses "plus profondes condoléances" après l'attaque. Pour autant, il n'a pas fait par d'excuses. Il a affirmé attendre les résultats de l'enquête "avant de porter un jugement définitif sur les circonstances de cette tragédie". 

De son côté l'OTAN a annoncé dans un communiqué que les résultats de l'enquêtes seraient connus "d'ici quelques jours".

► A LIRE AUSSI | Bombardement d'un hôpital de MSF en Afghanistan : "C’est un carnage terrible"