Afghanistan : le bombardement d'un hôpital MSF fait au moins 19 morts

Médecins sans frontières a annoncé samedi qu’une frappe aérienne avait touché son centre de soins à Kunduz faisant 19 morts, dont 12 employés de l'ONG et plusieurs dizaines de blessés graves. Selon l’Otan, il "pourrait" s’agir d’un dommage collatéral.

(Une frappe aérienne a touché le centre de soins de MSF à Kunduz, ville reprise aux talibans il y a deux jours par les forces spéciales afghanes © MaxPPP)

Une frappe aérienne menée par les Etats-Unis est "peut-être" à l'origine de la destruction partielle d'un hôpital géré par Médecins sans frontières (MSF) à Kunduz, une ville du nord de l'Afghanistan. Un porte-parole de l'Otan a évoqué un possible "dommage collatéral" . D'abord établi par MSF à trois, puis neuf morts et 16 morts, le bilan s'est alourdi à 19 victimes, dont 12 employés de MSF et sept patients, parmi lesquels trois enfants, a indiqué une porte-parole de MSF, qui ajoute que 37 personnes ont également été blessées au cours de ce raid.

Enquête sur la frappe aérienne

Les forces américaines ont mené une attaque aérienne sur la ville samedi à 2h15, a déclaré le colonel Brian Tribus, porte-parole de de l'Otan et cité par l’agence Reuters. "La frappe a peut-être provoqué un dommage collatéral sur un bâtiment médical situé non loin de là" , a-t-il ajouté en précisant qu'une enquête était en cours.

De son côté, MSF dit avoir prévenu les armées américaine et afghane que l'établissement avait été touché par une première frappe nocturne. L'organisation assure que les bombardements sur l'hôpital ont continué "pendant plus de 30 minutes" après cet avertissement. 

► A LIRE AUSSI Bombardement d'un hôpital de MSF en Afghanistan : "C’est un carnage terrible"

De violents combats ces derniers jours

La ville de Kunduz a été reprise aux talibans jeudi par les forces de sécurité afghane. MSF gère dans cette ville un centre de traumatologie. L'ONG décrivait le 1er octobre des services "submergés" de blessés lors de violents combats entre les forces de sécurité et l'opposition. "Entre lundi 28 septembre et jeudi 1er octobre, les équipes médicales de MSF ont pris en charge 296 blessés, y compris 64 enfants. 74 patients sont arrivés dans un état critique" précisait alors l'ONG sur son site internet.