Afghanistan : l'armée américaine avoue avoir bombardé l'hôpital de Kunduz par erreur

L'attaque sur cet hôpital, tenu par Médecins sans frontières, a fait 22 morts, samedi. Un "crime de guerre", estime la présidente de MSF international ; "une erreur", selon le général John Campbell, chef de la mission de l'Otan en Afghanistan.

(L'hôpital MSF de Kunduz a été ravagé par une frappe américaine © SIPA/ MSF)

Jusqu'ici, l'US Army avait reconnu des frappes "à proximité" ; mais il faut croire que l'explication n'a convaincu personne... Ce bombardement l'hôpital MSF de Kunduz, qui a fait 22 morts, est "inexcusable ", peut-être "criminel ", selon l'ONU, qui a appelé à une enquête impartiale.

MSF international, par la voix de sa présidente Joanne Liu, accuse l'armée américaine de "crime de guerre". "L'attaque est inacceptable. Selon le droit international humanitaire, les hôpitaux dans les zones de conflit sont des espaces protégés. Jusqu'à preuve du contraire, les événements de samedi dernier équivalent à une violation inexcusable de cette loi" .

FInalement, c'est le chef de la mission de l'Otan en Afghanistan, le général américain John Campbell, qui a lâché le morceau, devant la Commission des forces armées du Sénat américain : "Un hôpital a été touché par erreur" dans une frappe américaine "demandée " par les Afghans, mais décidée par "la chaîne de commandement américain" .

"Pour être clair" , poursuit-il, "la décision de mener une attaque aérienne était une décision américaine, prise dans la chaîne de commandement américaine" .