Affaire Atlaoui : le Français n'est pas sur la liste des prochaines exécutions

Serge Atlaoui ne figure pas sur la liste des exécutions imminentes. Le "sursis" pour le Français incarcéré en Indonésie a été confirmé samedi.

(Serge Atlaoui ne figure pas sur la prochaine liste des exécutions en Indonésie © MaxPPP)

Plusieurs signes laissaient à penser ces dernières heures que Serge Atlaoui, condamné à mort en Indonésie, pourrait bénéficier d'un "sursis". La confirmation est arrivée samedi à la mi-journée et de façon officielle. Le Parquet général a fait savoir que le nom du Français, incarcéré pour trafic de drogue, ne figurait pas sur la liste des prochaines exécutions.

A LIRE AUSSI ►►►Hollande et le gouvernement se mobilisent pour sauver Serge Atlaoui

Un "sursis" lié à la procédure

La course contre la mort n'est pas terminée pour Serge Atlaoui, mais pour la première fois depuis des mois, ce Français et sa famille reçoivent un signe positif des autorités judiciaires indonésiennes. Interrogé par l'AFP sur la présence du Français aux côtés des autres étrangers qui doivent être prochainement exécutés, le porte-parole du Parquet a répondu par la négative. 

Comment expliquer cette pause dans le cheminement ultime ? Il semble qu' il soit le résultat d'une procédure. D'après le ministère indonésien des Affaires étrangères, une étape "en cours" est toujours en examen au tribunal de Jakarta.

C'est une question administrative qui bloque la situation mais uniquement temporairement comme l'explique l'avocat de Serge Atlaoui, Maître Richard Sedillot
--'--
--'--

Une exécution le 28 avril

Ces dernières heures, la France n'avait pas été convoquée sur le lieu pénitentiaire où les détenus sont placés à l'isolement en vue d'une exécution imminente. Plusieurs diplomates d'autres pays ont en revanche été alertés, comme le prévoit la loi indonésienne. L'avocat d'une femme philippine condamnée à mort pour trafic de drogue a annoncé qu'une date venait d'être portée à sa connaissance pour l'éxécution. Il s'agit du mardi 28 avril.

A LIRE AUSSI ►►► Indonésie : la Cour suprême a rejeté l'ultime recours de Serge Atlaoui

 

Quelques heures avant la confirmation concernant Serge Atlaoui, le président François Hollande avait prévenu l'Indonésie de "conséquences " essentiellement "diplomatiques " avec la France et l'Europe, si la peine de mort devait être appliquée. 

Samedi soir, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a exhorté le gouvernement indonésien à ne pas exécuter les dix personnes condamnées à mort pour trafic de drogue, dont le Français Serge Atlaoui, rappelant l'opposition traditionnelle de l'ONU à la peine de mort.