Cet article date de plus de dix ans.

A REVIVRE | Le jour où Adly Mansour est devenu président de l'Egypte par intérim

Après la destitution mercredi du président Mohamed Morsi, le juge Adly Mansour a prêté serment jeudi matin. Soutenu par l'armée, il est devenu président par intérim de l'Egypte. La Constitution a été suspendue, et aucune date pour de futures élections présidentielles n'a été annoncée.
Article rédigé par Sylvie Johnsson
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 12 min
  (Amr Abdallah Dalsh Reuters)

18h24 Les islamistes appellent à manifester ce vendredi contre le "coup d'État ".

18h00 Les Frères musulmans dénoncent par communiqué l'instauration d'un "État policier " en Égypte.

17h13 En marge d'un déplacement à Tunis, François Hollande a déclaré que les événements de ces derniers jours en Egypte sont "forcément un aveu d'échec" . Pour le président de la République, le défi est maintenant "de tout faire pour que le processus (constitutionnel) reparte avec des élections, avec le pluralisme" .

17h07 Le parti islamiste Ennahda, qui dirige le gouvernement tunisien, a dénoncé la destitution par l'armée du président Mohamed Morsi. Ennahda a estimé dans un communiqué que
l'armée a écarté "la légitimité claire du premier président élu
(démocratiquement) de l'Egypte"

17h01 Au Caire, le siège des Frères musulmans, qui se trouve en face du ministère de l'Intérieur, a été endommagé par des manifestants hostiles au président déchu Mohamed Morsi.

16h30 L'Union des organisations islamiques de France (UOIF), proche des Frères musulmans, a dénoncé jeudi un "coup d'Etat" contre le président Mohamed Morsi.

16h29 Selon un responsable des Frères musulmans, l'imprimerie d'Etat égyptienne a refusé d'imprimer le journal du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), l'aile politique de la confrérie.

16h18 Le journaliste du Figaro Adrien Jaulmes est place Tahrir, et poste sur Twitter la photo d'un tag aperçu dans les rues du Caire.

16h08 Le Guide suprême des Frères musulmans Mohamed Badie a été arrêté. Il était sous le coup d'un mandat d'arrêt pour incitation à tuer des manifestants, après un mouvement de protestataires devant le siège des Frères musulmans dimanche.

15h43 Le Sheikh Abdel Rahman al-Barr, membre du comité directeur des Frères musulmans, a déclaré que sa confrérie ne collaborerait pas avec "les autorités usurpatrices" .

15h10 Mohamed el Beltagui, l'un des principaux dirigeants des Frères musulmans, a déclaré que la confrérie égyptienne restera active, mais ne prendra pas les armes.

14h55  En Tunisie, le parti du président tunisien Moncef Marzouki a condamné l'éviction de Mohamed Morsi. "Nous considérons ce qu'a fait l'état-major de l'armée comme
un retour en arrière sur le chemin de la révolution égyptienne
et comme une tentative de restauration de l'ancien régime"
, écrit le Congrès pour la République dans un communiqué.

14h46 "Le Qatar continuera à respecter la volonté et les choix du peuple
d'Egypte"
, tout en souhaitant "un renforcement de l'unité nationale des
Egyptiens (...) dans le respect de l'esprit de la révolution du 25 janvier
2011",
 a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Doha.

14h40 Réaction prudente de l'Iran après les événements en Egypte. Téhéran à mis en garde Le Caire contre "l'opportunisme des ennemis et de l'étranger." C'est ce qu'a  déclaré le
porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, cité
par l'agence de presse Fars. 

14h09 Adepte des jeux de mot, le New York Post n'a pas failli à sa réputation au moment d'évoquer la destitution de Mohamed Morsi en une de son édition du 4 juillet. La couverture du quotidien est très commentée sur Twitter.

14h08 Mohamed El Baradeï, ancien directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), est le favori pour occuper le poste de chef du gouvernement de transition. C'est l'agence Reuters qui a obtenu cette information auprès de sources militaires, politiques et diplomatiques. La nomination pourrait intervenir dans la journée.

13h55 Sur Twitter, le journaliste de la BBC Jeremy Bowen a posté une photo de partisans de Mohamed Morsi, réfugiés derrière des barricades de fortune dans un quartier du Caire.

13h40 Après l'Union européenne, la France appelle les nouvelles autorités égyptiennes à traiter avec "respect " Mohamed Morsi.

13h25  Le Daoua Salafiya, influent mouvement salafiste égyptien, a exhorté les manifestants islamistes à "rentrer chez eux ". Le parti les invite à prendre acte de la "réalité du  changement en cours dans la situation politique ". 

13h20 Les avions de l'armée ont dessiné un coeur dans le ciel, rapporte la chaîne de télévision Al Jazeera :

13h15 L'Union européenne indique être dans l'incertitude quant au sort de Mohamed Morsi, arrêté mercredi par les militaires égyptiens, et demande que "dans tous les cas,  tous les principes de justice et de droits de l'Homme [soient] respectés ". Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon appelle quant à lui à un retour rapide à un régime civil en Egypte.

13h13 La Turquie dénonce un coup d'Etat "inacceptable". "On ne peut être démis de ses fonctions qu'avec des élections. C'est la volonté du peuple. Il est inacceptable qu'un gouvernement arrivé au pouvoir par le biais d'élections démocratiques soit destitué par des moyens illicites, qui plus est par un coup d'Etat militaire" , a indiqué Ahmet Davutoglu, chef de la diplomatie turque.

13h03 La Syrie estime que la chute de Mohamed Morsi est un "grand accomplissement". "Le peuple syrien, sa direction et son armée expriment leur profonde admiration pour le mouvement national et populaire en Egypte qui a conduit à ce grand accomplissement" , affirme un communiqué officiel lu à la télévision syrienne.

12h50  Le Front de salut national (FSN), qui rassemble libéraux, laïcs et militants de gauche, et est représenté par Mohamed ElBaradaï, s'est prononcé dans un communiqué contre l'exclusion des partis politiques se réclamant de l'islam. Un peu plus tôt, le président égyptien par intérim Adli Mansour avait estimé que les Frères musulmans faisaient partie du peuple et les a invités à coopérer à l'édification de la nation.

12h38 Le président palestinien Mahmoud Abbas a félicité Aldy Mansour. "J'ai l'honneur, au nom du peuple palestinien et de ses dirigeants, de vous
féliciter d'assumer la direction de la République arabe d'Egypte dans cette
phase transitoire de son histoire"
, a-t-il affirmé dans un message
reproduit par l'agence officielle Wafa. : 

12h25 Des avions militaires ont survolé la capitale égyptienne à plusieurs reprises, quelques minutes avant l'investiture de Adly Mansour. Quatorze chasseurs en formation ont sillonné le ciel du Caire puis neuf autres les ont suivi à basse altitude, munis de fumigènes aux couleurs nationales.

11h57 Adly Mansour a déclaré que les Frères musulmans faisaient "partie de la Nation" . Il les invite à coopérer à l'édification de l'Egypte.

11h55 Le parquet égyptien a émis des mandats d'arrêt à l'encontre de Mohamed Badie, chef de file des Frères musulmans, et de son adjoint Khaïrat al Chater. Ils sont recherché pour incitation à la violence dans l'enquête sur les heurts qui ont fait huit morts  cette semaine. Khaïrat al Chater est considéré comme le principal stratège politique de la confrérie, il était le premier choix pour l'élection présidentielle de 2012, mais des antécédents judiciaires l'ont contraint à laisser place à Morsi. 

11h53 La situation en Egypte sera l'un des sujets abordé par François Hollande lors de sa visite à Tunis, jeudi. Selon le porte-parole diplomatique de l'Élysée, Romain Nadal, le président de la République "s'apprête naturellement à évoquer en Tunisie les autres printemps arabes, en
Syrie, en Libye et en Egypte".
 

11h34 Pour le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle, le remplacement de Mohamed Morsi était "un échec majeur  pour la démocratie en Egypte". "Il est urgent
que l'Egypte retourne aussi vite que possible à un ordre constitutionnel (...)
il y a un réel danger que le processus de transition démocratique en Egypte
soit sérieusement altéré"
, a-t-il déclaré en marge d'une visite en Grèce.

11h18 Le juge Adly Mansour a prêté serment comme président par intérim. Il succède ainsi au président Mohamed Morsi, dans le cadre du processus de transition défini par l'armée. S'exprimant dans l'enceinte de la Cour constitutionnelle, au Caire, le magistrat a promis de nouvelles élections, sans avancer de calendrier.
Il a déclaré que l'Egypte avait "corrigé la trajectoire de sa glorieuse révolution", et il s'est engagé à "préserver le système de la République, à respecter la Constitution et la loi et à protéger les intérêts du peuple".

11h16 "C'est une ascension tellement fulgurante que même la plupart des Egyptiens ne connaissent pas Adly Mansour" . Dans son portrait du futur président égyptien, la journaliste Maud Czaja décrit "un juge méconnu du grand public" , dont "le portrait n'a jamais été brandi par les manifestants place Tahrir" . C'est sans doute cet anonymat qui a plu à l'armée, qui l'a choisi pour succéder à Mohamed Morsi.

11h05 La Bourse du Caire salue l'éviction de Mohamed Morsi et a bondi de 6,4% à l'ouverture. L'indice des valeurs vedettes a atteint 5,288 points, ce qui n'était pas arrivée depuis le 3 juin. Une hausse qui compense le recul subi le mois dernier, au moment de l'aggravation de la crise politique.

10h54 : Adli Mansour a prêté serment en tant que président de la Haute Cour constitutionnelle. Le juge égyptien a été nommé à ce poste il y a quelques jours par un décret du haut conseil judiciaire. Il doit succéder dans la journée à l'ancien président Mohamed Morsi.

Par ailleurs, aucune photo du futur président égyptien n'a encore été diffusée. Une journaliste américaine présente au Caire a publié jeudi matin sur Twitter un cliché non daté.

10h37 La Russie appelle toutes les forces politiques égyptiennes à la "retenue" et à rester dans le cadre "démocratique" . "Nous considérons comme important que toutes les forces politiques d'Egypte
fassent preuve de retenue (...) et confirment dans les actes la volonté de
résoudre les problèmes politiques et socio-économiques dans le cadre
démocratique, sans violence et dans le respect des intérêts de toutes les
couches et toutes les confessions de la société égyptienne
", a déclaré le
ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. 

10h25 La presse égyptienne, gouvernementale et indépendante, se félicite jeudi matin de la destitution de Mohamed Morsi. Seul le journal des Frères musulmans fait exception à la règle. Le quotidien gouvernemental al-Gomhouria salue ainsi une "victoire pour la légitimité populaire" . De son côté, la presse indépendante, favorable aux manifestants, soulignait comme le quotidien al-Chorouq *"la victoire du l'armée et du peuple." *

Une jeune égyptienne a posté sur Twitter la photo de la une du quotidien Al Akhbar, qui titre :*"Et la révolte du peuple triompha". *

10h06 Sur Twitter, une manifestante se félicite du départ du président Mohamed Morsi en postant la photo d'une pancarte "Go out !" (Dehors !), dont elle n'aura désormais "plus besoin" .



09h49 Le gouvernement israélien n'a toujours pas réagi à la chute du président égyptien Mohamed Morsi. Selon les médias locaux, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a donné la consigne à ses ministres de ne pas faire le moindre commentaire officiel pour le moment.
"Le gouvernement israélien suit de très près la situation en Egypte mais ne fait pas de précision car les choses sont en train d'être décidées" , a déclaré à l'AFP un responsable israélien sous couvert de l'anonymat.

09h45 Dans les choix de France Info, Jean Leymarie a accueilli ce jeudi deux écrivains, Khaled Alkhamissi et Gilbert Sinoue, qui parlent de l'Egypte dans leurs romans. Gilbert Sinoue se dit ainsi choqué par le terme de coup d'Etat : "Il n'y a pas eu de coup d'Etat en Égypte. Il y a eu un peuple qui s'est soulevé et l'armée est venue au secours du peuple. Ce n'est pas elle qui a provoqué ce mouvement."

09h41 Dans un communiqué, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a déclaré que la France "prend acte" de l'annonce de nouvelles élections en Egypte après une période de transition, et "souhaite que les échéances soient préparées dans le respect de la paix civile, du pluralisme, des libertés individuelles et des acquis de la transition démocratique, afin que le peuple égyptien puisse choisir librement ses dirigeants et son avenir."

09h02  Le politologue français Gilles Kepel, spécialiste de l'islam est du monde arabe contemporain, a expliqué sur France Info que les Frères musulmans ne resteront pas inactifs après la destitution de Mohamed Morsi. "Ils étaient convaincus d'incarner la réalité des aspiration de l'Egypte, on ne peut pas les faire disparaître du jour au lendemain : les jours et les semaines qui viennent risquent d'être particulièrement agités."

08h27 Une première réaction officielle russe. "Le printemps arabe n'a pas entraîné la démocratie mais le chaos. Nous pouvons le constater en Egypte, en Libye, en Syrie et en Iran. Les évènements en Egypte montrent qu'il n'existe pas de transition rapide et paisible d'un régime autoritaire à une démocratie " affirme Alexeï Pouchkov, président de la commission pour les Affaires étrangères de la Douma.

08h15 Invité de France Info ce jeudi, le député UMP des Yvelines Henri Guaino, ex-conseiller spécial du président Sarkozy, a commenté le "coup d'Etat" qui s'est produit en Egypte mercredi soir. Evoquant "le bilan ambigu des Printemps arabes" , il a déclaré qu'il ne suffisait pas "de sauter sur sa chaise en criant à la démocratie pour que les choses se passent bien" .

7h50 Invitée
de France Info, Claude Guibal, ancienne correspondante de
Radio France en Egypte explique que l'armée est "la colonne vertébrale de l'Egypte."

A lire aussi > Qui sont les manifestants à l'origine de la chute de Mohamed Morsi dans Le Plus de France Info. Reportage signé Sébastien Baer.

7h03 Antoine Giniaux raconte qu'il y a
encore ce jeudi matin quelques tirs de fusée de feux d'artifice, des cris et des
chants place Tahrir.

6h17 L'un des envoyés speciaux de France Info au Caire, Antoine Giniaux, est allé à la rencontre du peuple egyptien qui a fêté bruyamment la chute de Mohamed Morsi et des Frères musulmans.

5h46 Un haut responsable militaire confirme que l'armée détient le président déchu Mohamed Morsi, "de façon préventive".

A lire aussi > L'armée égyptienne au coeur du jeu politique

5h02 Témoignage sur France Info d'Ibrahim, 26 ans : "C'est une fête plus grande que le départ de Moubarak. C'est la dernière phase de la révolution. On a gagné".

4h19 : Les Frères musulmans affirment que des pro-Marsi rassemblés près d'une mosquée dans une banlieue du Caire ont été attaqués. Des coups de feu auraient été tirés.

3h32 Les Frères musulmans annoncent le transfert de Mohamed Morsi  au ministère de la Défense. Il a été "séparé de son équipe."

2h19 Commentaire du président syrien Bachar al Assad : "Le résumé de ce qui se passe en Egypte, c'est la chute de ce que l'on appelle l'islam politique"

2h11 Le président Obama "appelle le pouvoir militaire égyptien à rendre toute l'autorité rapidement et de manière responsable à un gouvernement civil démocratiquement élu selon un processus ouvert et transparent".

1h54 Dans son édition de jeudi, le journal gouvernemental
Al-Ahram annonce que la police égyptienne a ordonné l'arrestation de 300 membres des Frères musulmans.

1h49 Selon un responsable de la sécurité, Mohamed Morsi et un de ses conseillers sont détenus sur un site du renseignement militaire.

1h34  Un porte-parole des Frères musulmans annonce que le président égyptien, destitué par l'armée est détenu par les autorités.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.