Risques d'inondation : accalmie avant de fortes pluies

Trois départements sont en vigilance orange en raison du risque de crues : la Loire-Atlantique, le Morbihan et l'Ille-et-Vilaine. 

Inondations à Quimperle (Finistère), le 24 décembre 2013. 
Inondations à Quimperle (Finistère), le 24 décembre 2013.  (MAXPPP)

La vigilance orange aux crues reste activée ce samedi 28 décembre en Loire-Atlantique, dans le Morbihan et l'Ille-et-Vilaine a indiqué Vigicrues. Météo France a en revanche levé la vigilance orange sur le Finistère, la Mayenne, le Maine-et-Loire et le Nord. 

L'accalmie prévaut samedi dans l'Ouest et dans le Nord sur le front des inondations mais les prévisions de Météo France renforcent les craintes de crues plus sévères en début de semaine prochaine, en raison des précipitations annoncées sur des terres déjà gorgées d'eau.

"Pour l'instant, les cours d'eau sont bien descendus, nettement en dessous des cotes d'alerte, mais il faut rester vigilant pour le début de semaine prochaine (...). Les terrains sont bien humides et, s'il y a un épisode pluvieux plus important, ça ruissellera plus vite", explique secrétaire général de la préfecture du Finistère.

En Bretagne, des coefficients de marée importants

Lundi et mardi, "on reste dans des niveaux (de pluie) relativement modérés; mais, comme il y aura des coefficients de marée importants, on reste vigilants", insiste Alain Pennec, maire de Quimperlé, l'une des villes bretonnes où s'était rendu jeudi Manuel Valls. Le ministre de l'Intérieur avait alors reconnu "une erreur d'appréciation" des services de l'Etat qui n'avaient pas suffisamment alerté sur les risques de crues du début de semaine.

En Bretagne, le bassin de la Vilaine, régulièrement sujet à des inondations, est actuellement le plus concerné, en particulier dans quelques communes au nord-est de Redon (Ille-et-Vilaine). Des barrières anti-inondations ont été installées pour tenter de limiter, si nécessaire, le débordement des eaux. Par ailleurs, particuliers comme entreprises ont été encouragés à déplacer ou surélever des meubles, ou encore à mettre des stocks à l'abri. Dans ce secteur, à Guipry, "on a effectivement bien baissé, puisqu'on était à 2,50 mètres et on est passé à 1,80 mètre", relève le préfet délégué à la Sécurité et à la Défense de la zone ouest. Il est nécessaire, souligne le préfet, que "les gens qui sont partis de chez eux (...), à peu près 70 habitations, ne regagnent pas leurs maisons dans les heures et les jours à venir" où de fortes pluies sont annoncées.

Plusieurs cours d'eau sous surveillance dans le Nord

Dans le Nord, où plusieurs cours d'eau sont sous surveillance, "aucun dégât n'a été constaté sur les réseaux d'infrastructures du département" et, si les pompiers sont intervenus à 19 reprises dans l'arrondissement d'Avesnes-sur-Helpe, c'est "pour des dégâts mineurs (inondation de caves et locaux)", selon la la préfecture. Dans ce département, un troisième cours d'eau, la Solre, a été placée samedi matin en vigilance orange, après l'Helpe majeure et l'Helpe mineure vendredi (dans le sud du département).

"Les fossés sont pleins et l'eau traverse la route. Mais pour les habitations, pour l'instant, il n'y a pas de problème", déclare le maire de Flaumont-Waudrechies, commune menacée par une crue de l'Helpe majeure. "Compte tenu de ces conditions météorologiques, une grande prudence et vigilance sont recommandées sur les secteurs bordant ces cours d'eau", rappelle la préfecture du Nord.