VIDEO. Arbres arrachés et routes bloquées : les dégâts dans le Sud-Ouest après le passage de la tempête Amélie

La vigilance orange vents violents, en cours depuis une heure du matin, a finalement été levée pour 10 départements de l'arc atlantique et du sud-ouest à midi. 

FRANCE 2

Des creux de plusieurs mètres, des rafales qui dépassent les 150 km/heure... Amélie, la première tempête de l'hiver, s'est abattue, dimanche 3 novembre, sur les départements de la façade atlantique, avant de s'enfoncer dans les terres. Dans la matinée, les habitants ont découvert des arbres arrachés dans les parcs, comme ici à Biarritz, où à Bayonne, dans les Pyrénées-Atlantiques, où une voiture a été écrasée par un arbre. 

La vigilance orange vents violents, en cours depuis une heure du matin, a finalement été levée pour 10 départements de l'arc atlantique et du sud-ouest à midi, mais "de forts déferlements de vagues" restent attendues sur le littoral. Dans le Massif central, seuls l'Allier, le Cantal et le Puy-de-Dôme restent en vigilance orange jusqu'à 16 heures.

Circulation difficile

Au cœur de la tempête, cette nuit, des vents violents accompagnés de pluie ont balayé la région, endommageant des routes, parfois bloquées par des chutes d'arbres.

Dans la matinée, les conditions de circulation étaient difficiles, notamment près de Royan, en Charente-Maritime. "J'ai pris une grosse flaque d'eau, j'ai glissé, j'ai perdu le contrôle. J'attend la dépanneuse", explique un automobiliste, dont le véhicule est coincé dans un champs depuis plusieurs heures. Mais alors que les secours interviennent dans tous le secteur, il vaut mieux prendre son mal en patience, admet-il. 

Des arbres sont tombés sur la route, à Lacanau (Gironde), dans la nuit de samedi 2 à dimanche 3 novembre 2019. 
Des arbres sont tombés sur la route, à Lacanau (Gironde), dans la nuit de samedi 2 à dimanche 3 novembre 2019.  (MARIE-CANDICE DE LOUVERIE / FRANCE TELEVISIONS)