"Qu'il aide toute la vallée" : la visite d'Emmanuel Macron dans les Alpes-Maritimes très attendue par les sinistrés de la tempête Alex

Le chef de l'État sera mercredi après-midi dans l'arrière-pays niçois cinq jours après les inondations meurtrières, et notamment à Saint-Martin-Vésubie, l'une des communes les plus touchées.

Article rédigé par
Farida Nouar - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un homme se tient à côté d'une maison détruite à Saint-Martin-Vésubie par les inondations causées par la tempête Alex, le 6 octobre 2020. (NICOLAS TUCAT / AFP)

Emmanuel Macron se rend mercredi 7 octobre dans l’arrière-pays niçois (Alpes-Maritimes), cinq jours après les crues meurtrières causées par la tempête Alex. Le chef de l'État sera l’après-midi dans la vallée de la Roya puis dans la soirée à Saint-Martin-Vésubie.

>> Suivez la visite d'Emmanuel Macron dans les Alpes-Maritimes dans notre direct 

Cette commune est l’une des plus touchées et ce que tous les habitants attendent du chef de l'État, "c'est de revenir aux jours d'avant, qu'il aide tout le village et toute la vallée", explique Isabelle avec comme priorité "que les liaisons soient rétablies et que l'économie redémarre".

"On va se battre avec les assurances"

Anna aimerait savoir si elle pourra un jour retourner dans sa maison : "Qu'il nous dise quand on peut, et si on peut, réintégrer notre domicile dans l'état où il est ? Si on ne peut pas réintégrer notre domicile, où est-ce qu'on va être relogés ? C'est l’urgence." Pour cette sinistrée, la priorité est aussi "qu'ils refassent les routes."

Avec les dégâts qu'il y a, on se demande 'est-ce que le village va revivre un jour ?' Économiquement, c'est énorme !

Anna, habitante de Saint-Martin-Vésubie

Serge vit depuis la catastrophe dans son camping-car, sans eau ni chauffage, avec sa femme. Ils espèrent tous les deux que le président accélérera les procédures d'indemnisation. "Ce n'est pas qu'on veut ressusciter, on est vivants, mais au moins qu'ils nous indemnisent au maximum, espèrent Serge. Parce que le problème, c'est que l'on n'a plus de maison. On n'a plus rien et on va se battre avec les assurances." Pour son épouse, "on a un âge où on ne peut plus refaire notre vie."

Mon mari a 77 ans et moi 74, ce n'est pas demain qu'on refait un chalet. Donc, on espère que les assurances vont marcher et que ça va être assez rapide.

Habitante de Saint-Martin-Vésubie

"Ma maison est sur un piton rocheux, explique Serge. Je veux plus y mettre les pieds." Le conseil des ministres doit déclarer mercredi l'état de catastrophe naturelle dans les territoires sinistrés.

Alpes-Maritimes : les attentes des habitants avant la visite d'Emmanuel Macron, reportage de Farida Nouar
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.