Cet article date de plus d'un an.

Alpes-Maritimes : après les intempéries, partir ou se reconstruire ?

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Alpes-Maritimes : après les intempéries, partir ou se reconstruire ?
France 2
Article rédigé par
A. Monteux, A. Paillasse, D. Fuet, V. Huon - France 2
France Télévisions

France 2 se rend dans la vallée de la Vésubie, à Roquebillière (Alpes-Maritimes), pour recueillir le témoignage de trois personnes dont la vie a basculé le premier week-end d’octobre, avec le passage de la tempête Alex.

Frédérique Catillon a sauvé ses chevaux du pire et trouvé des prés pour les accueillir, après le passage de la tempête Alex dans son village de Roquebillière (Alpes-Maritimes). "Pour le moment, je suis souriante, parce que je suis dans l’action, j’essaie de faire un max pour sauver mes chevaux, par contre dès que je me pose, je sens que ça ne va pas", explique la gérante de centre équestre, samedi 10 octobre. Le lendemain des inondations, ses écuries étaient éventrées. Son terrain a été entièrement détruit par l’eau. Elle a à peine eu le temps d’éloigner ses 11 chevaux avant de fuir. Frédérique part maintenant pour Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), peut-être de manière définitive. Elle laisse derrière elle treize ans de sa vie.

L’attente des assurances 

Alain Brucy a perdu la totalité de sa maison. Hébergé chez sa voisine, il doit maintenant se souvenir de tous ses biens pour les assurances. Après le passage des experts, il partira lui aussi définitivement, près de sa famille, dans le Loiret. Le propriétaire de camping Arnaud Leclercq a, quant à lui, perdu 12 emplacements. Il veut désormais réparer les mobil-homes emmenés par le fleuve, mais ne doit rien toucher avant le passage des assurances.



Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tempête Alex

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.