Cet article date de plus de sept ans.

En France, les tempêtes de janvier ont coûté entre 150 et 200 millions d'euros

A l'occasion de la présentation des résultats annuels du groupe, le PDG d'Axa a dévoilé l'estimation calculée par l'assureur.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La rivière Laïta, qui traverse Quimperlé, lors d'une crue, le 3 janvier 2014.  (FRED TANNEAU / AFP)

Les inondations, les chutes d'arbres ou les vagues qui ont frappé le littoral ont fait beaucoup de dégâts. Pour les assureurs, le montant de la facture des intempéries de janvier fluctue "entre 150 et 200 millions d'euros", selon le PDG d'Axa France, Nicolas Moreau.

"Sur la France, au mois de janvier, c'est 20 millions d'euros pour Axa France et le marché est entre 150 et 200 millions. Ce sont des événements extrêmement spectaculaires, répétitifs, mais d'ampleur très raisonnable", a-t-il déclaré, à l'occasion de la présentation des résultats annuels du groupe. Cette fourchette, communiquée par Axa, rapproche les dégâts enregistrés au mois de janvier de ceux causés en décembre par la tempête Dirk en Bretagne.

La Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA) n'a, pour l'heure, pas encore publié son estimation. Selon elle, Dirk avait en effet engendré entre 175 et 210 millions d'euros de dégâts.

Les communes touchées inquiètes des frais à venir

Les communes touchées par ces intempéries ont tiré la sonnette d'alarme jeudi. En Bretagne, la petite commune de Kerlouan, dans le Finistère, estime les dégâts à un million d'euros. Les maires des communes littorales bretonnes s'inquiètent du transfert à venir de l'Etat des ouvrages de prévention des inondations et des submersions. "L'ampleur des dégâts déjà constatés laisse présager une lourde charge financière de remise en état", indiquent les quatre associations de maires de Bretagne.

Par ailleurs, plusieurs communes de Vendée, de Loire-Atlantique et du Morbihan ont vu arriver sur leurs plages des boulettes d'hydrocarbures, provenant vraisemblablement de fonds anciens. Soit une facture qui va au-delà de ce que prennent en compte les compagnies d'assurances.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.