"On a eu l'impression qu'il y avait une explosion tellement c'était brutal" : au Teil, habitants et élus témoignent de la violence du séisme

Le tremblement de terre survenu lundi 11 novembre en Drôme-Ardèche a particulièrement touché la commune du Teil. Le maire et la préfète de l'Ardèche ont pris plusieurs mesures de sécurité. Des centaines d'habitants ont été évacués. 

Une maison fissurée au Teil, le 11 novembre 2019.
Une maison fissurée au Teil, le 11 novembre 2019. (FRANCOIS BRETON / RADIOFRANCE)

Un tremblement de terre de magnitude 5.4 sur l'échelle de Richter a secoué la vallée la Drôme et l'Ardèche à 11h55 lundi 11 novembre. L'épicentre est localisé à une dizaine de kilomètres de Montélimar. Le séisme a fait quatre blessés dont un grave. Une victime a été grièvement blessée après la chute d'un échaffaudage à Montélimar. Elle a été transportée en urgence absolue à l'hôpital, indique la préfecture de la Drôme. La préfecture de l'Ardèche fait état de trois blessés suite à un mouvement de panique. Élus et habitants du Teil témoignent de la violence de la secousse dans cette commune de 8 500 habitants particulièrement touchée. 

>> Séisme dans la Drôme et l'Ardèche : suivez notre direct

"Les clochers des deux églises menacent de tomber", selon le maire

"La secousse a été ressentie très fortement et a duré à peu près une vingtaine de secondes", témoigne le maire Olivier Pévérelli sur franceinfo. La commune semble être en l'état la plus touchée par le séisme

"On a du mal à évaluer les dégâts mais ils sont énormes. Sur les bâtiments publics, la mairie, on a un escalier qui est endommagé à l'intérieur et des plafonds écroulés. Les clochers des deux églises menacent de tomber", précise Olivier Pévérelli. Selon l'élu "des centaines de maisons au moins ont des fissures énormes, des plafonds effondrés, des toits effondrés. Ce sont des maisons de ville collées les unes contre les autres et on a quatre ou cinq quartiers très fortement impactés".

À la mi-journée, la mairie avait fait évacuer les habitants, qui ont été "regroupés dans les gymnases parce qu'on n'est pas sûr qu'il n'y ait pas de danger". Trois gymnases ont dont ouverts été ouverts : Frayol, Chamontin, Coubertin. "Tous les services techniques sont mobilisés de manière à faire en sorte que les gens ne rentrent pas chez eux", a précisé Olivier Pévérelli.

Pour des raisons de sécurité, tous les établissements scolaires et crèches seront fermés mardi, annonce d'ores-et-déjà le maire sur la page Facebook de la commune. "Le collège est touché et on a déjà deux écoles qu'on a identifiées qui ont été touchées", précise l'élu à franceinfo.

Hervé Saulignac, le député socialiste de la première circonscription de l'Ardèche s'est rendu rapidement sur place après le séisme."La toiture de l'église du Teil s'est effondrée au milieu de la nef", explique-t-il à franceinfo. "Le Teil aura payé un lourd tribut, notamment parce que c'est une commune qui a un centre ancien, parfois un peu vétuste".

"Mes enfants étaient paniqués", témoigne Laetitia 

"On a eu l'impression qu'il y avait une explosion dans le jardin, tellement c'était brutal, a témoigné Laetitia, une habitante du Teil, sur France Bleu Drôme Ardèche. Mes enfants étaient tous paniqués, il y en a un qui s'est réfugié sous la couette, l'autre sous le babyfoot, ils étaient en panique, on a cru que tout allait s'effondrer, qu'on allait avoir tous les murs du salon qui tombaient sur nous."

"Ça a été fort d'un coup, on ne s'attendait pas à ce qu'il y ait un aussi grand bruit, tout le monde était dans la rue. De voir mes enfants paniqués comme ça, c'était difficile, explique-t-elle. On attend la suite, tout le monde doit quitter les habitations, aller dans les gymnases, moi je suis partie du côté de Privas dans ma famille, comme ça mes enfants sont rassurés, et je suis tranquille."

"C'est le mur du son multiplié peut-être par mille", raconte Martine

"Il y a eu un bruit très fort. Et puis après, il y a une explosion, [c'est] le mur du son multiplié peut-être par mille. Je ne peux pas définir et puis vous ne pouvez rien faire. Vous êtes là et vous attendez que ça se passe", explique Martine, habitante du Teil, sur France Bleu Drôme Ardèche.

"J'étais chez moi, en plein centre du Teil, dans mon appartement, j'étais sur mon canapé. C'était très, très violent. C'est-à-dire qu'on sent une petite vibration. Puis d'un seul coup tout bouge." Mais elle n'a pas compris tout de suite que c'était un tremblement de terre. "J'ai eu un doute" dit-elle. Elle a d'abord "pensé à une explosion de gaz tellement c'était violent. Et puis après, quand j'ai vu que les gens étaient dans la rue, je suis allée un peu aux nouvelles. J'ai vu qu'il y avait des murs qui s'étaient un peu écroulés. Ce sont de vieilles maisons dans Le Teil".

"J'ai très peur des répliques. J'ai le contrecoup maintenant. J'ai des dégâts, j'ai des fissures à l'intérieur de la maison, tout a valdingué par terre et plusieurs chambres qui sont impactées".

Des gendarmes "pour protéger contre des possibles pillages", annonce la préfète de l'Ardèche

"Il n'y a pas de blessés importants" à déplorer sur le commune du Teil a précisé Françoise Souliman, la préfète de l'Ardèche, sur franceinfo qui estime à 200 le nombre d'habitations "qui ont été, à des degrés divers, plus ou moins ébranlées, allant d'un effondrement quasiment total à des fissures". La préfète explique qu'une réunion va avoir lieu rapidement "pour voir quelles sont, une fois les pompiers passés dans les différentes habitations, celles qui peuvent être réhabilitées dès ce soir et celles qui ne peuvent pas l'être". 

Françoise Souliman souligne la "mobilisation exceptionnelle des pompiers et des gendarmes". Un dispositif qui devrait "monter encore en puissance [lundi] soir. Il va probablement y avoir des quartiers qu'il va falloir gagner pour empêcher les gens de rentrer chez eux ou même de protéger les habitations contre des possibles pillages".