Cet article date de plus d'un an.

Sécheresse : cinq départements sont déjà placés en alerte

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Le mois de février est l'un des plus secs depuis plus de 60 ans. En conséquence, le niveau des cours d’eau est au plus bas. Cinq départements sont déjà placés en alerte ou en alerte renforcée.
Sécheresse : des restrictions en eau avant le printemps Le mois de février est l'un des plus secs depuis plus de 60 ans. En conséquence, le niveau des cours d’eau est au plus bas. Cinq départements sont déjà placés en alerte ou en alerte renforcée. (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - J.Benzina, D.Breysse, T.Grosse R.Chapelard, J.-M.Perroux
France Télévisions
France 2
Le mois de février est l'un des plus secs depuis plus de 60 ans. En conséquence, le niveau des cours d’eau est au plus bas. Cinq départements sont déjà placés en alerte ou en alerte renforcée.

C’est l’image qu’on ne devrait pas voir en hiver : le fond des lacs et des sols craquelé. La France manque d’eau et doit déjà mettre en place des restrictions en février, du jamais-vu. À Toulouse (Haute-Garonne), on marche dans le lit de la Garonne. Jean-Michel Fabre, président du syndicat mixte d’études et d’aménagement de la Garonne, indique : "Il y a presque un mètre d’eau de moins qu’à la normale." Cela faisait 30 ans que le niveau n’avait pas été aussi bas en février. 

Les nappes phréatiques n’arrivent pas à faire le plein

Avec l’absence de pluies dites efficaces, les nappes phréatiques n’arrivent pas à faire le plein. La majorité affiche un niveau bas ou très bas. Pour combler ce déficit, il faudrait qu’il pleuve, d’ici la fin du mois de mars, jusqu’à 95 mm à Paris ou encore 135 mm à Lyon (Rhône). Selon Emma Haziza, hydrologue, après le mois de mars, la pluie ne rechargera pas suffisamment les sols. Cinq départements sont déjà en alerte ou alerte renforcée. Lundi 27 février, le ministre de la Transition écologique a rencontré une partie des préfets pour planifier le manque d’eau à venir. 

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.