"On a 100 jours de provision d'eau devant nous" : le maire de Guéret n'a jamais connu une telle sécheresse

Le maire de Guéret a expliqué sur franceinfo dimanche qu'il n'avait "jamais connu une situation comme celle-là".

La sécheresse sévit près de Lussat, dans la Creuse, le 20 juillet 2019.
La sécheresse sévit près de Lussat, dans la Creuse, le 20 juillet 2019. (GEORGES GOBET / AFP)

"On a environ 100 jours de provision d'eau devant nous. Après, il faudra trouver des solutions extérieures, avec des camions-citernes pour approvisionner la ville", estime dimanche 25 août sur franceinfo Michel Vergnier, maire de Guéret (Creuse), alors que son département connaît une sécheresse exceptionnelle. Selon le site de Propluvia, 85 départements français sont placés depuis mercredi 21 août en restrictions d'eau plus ou moins sévères.

franceinfo : Votre département, votre ville, avaient-ils déjà connu un tel degré de sécheresse ?

Michel VergnierNon, car nous sommes cet été sur de très longues périodes. On avait déjà connu des périodes de sécheresse, mais on avait alors des orages ou des petites choses qui nous permettaient d'avoir un approvisionnement en eau. Mais là, ça dure et on n'a pas d'eau du tout. Ça devient très très compliqué, même pour la consommation d'eau potable sur la ville de Guéret.

L'eau potable vient d'où ? Des étangs, de la nappe phréatique ?

Il n'y a pas de nappe phréatique à Guéret, l'eau potable vient des sources, des captages qui sont pris à 5-6 km de Guéret. On en a créé beaucoup dans les dernières années et cela semblait nous garantir une production d'eau pour les 50 ans qui venaient.

Aujourd'hui, la production des sources est quasiment inférieure de 30% à ce qu'elle était il y a quelques temps, si bien que désormais on a une production d'eau qui est inférieure à la consommation. On achète de l'eau en complément, mais on ne peut pas en acheter plus. On va donc devoir remettre en service, à la fin de la semaine prochaine, le plan d'eau qui nous servait à alimenter en eau la ville il y a une quinzaine d'années. On a environ 100 jours de provision d'eau devant nous. Après, il faudra trouver des solutions extérieures, avec des camions-citernes pour approvisionner la ville.

Vous craigniez d'en arriver là ?

Oui, les prévisions à courts et moyens termes ne sont pas très bonnes. On nous dit qu'il va pleuvoir mais il faut qu'on ait une quantité d'eau importante. Les sols sont très secs, donc des averses ne suffiront pas. S'il n'y a pas de l'eau abondante en octobre et novembre, on va être dans une situation compliquée, il faudra aller chercher de l'eau avec des camions-citernes. Les habitants le comprennent, mais forcément ils n'ont pas la même inquiétude que moi. J'ai des relevés tous les jours, je vois les débits des sources et rivières baisser, etc. Une situation comme cela, on n'en a jamais connu.